Accueil | dMute

Hecq

: Night Falls



sortie : 2008
label : Hymen
style : Ambient / Modern Classical

Tracklist :
01/ Night Falls
02/ Never Leave
03/ Dis
04/ Dis (Reverberation)
05/ Bending Time
06/ Aback
07/ Come Home
08/ Giants
09/ Magnetism
10/ Red Sky
11/ Above
12/ I Am You

Night Falls. Cinquième album de Ben Lukas Boysen sous le nom de Hecq. On ne pouvait rêver meilleur intitulé pour baptiser la galette. Une ode à la nuit. Image facile, direz-vous, mais la mettre en son est une autre paire de manches. Car, au fond, qu'est-ce qu'évoque la nuit en dehors de votre vie d'alcoolique débauché ne pensant qu'à faire la teuf, boire du pastis, baiser et s'endormir en bandouillant encore ? Des tas de choses : le rêve, l'infini, la solitude, l'angoisse, l'absence, l'insomnie, le café, le vide, le temps en suspens... Et bien Night Falls prend le parti d'en dresser le tableau. Il allie tout ce que nous venons d'évoquer touche par touche, avec de grands gestes amples de pinceau mais parfaitement calculés. De par ses activités de designer sonore, Ben Lukas Boysen a pour habitude de porter du son à l'image. Rien d'étonnant, donc, à ce que cela donne à sa musique un caractère très imagé. Night Falls évoque autant la splendeur abyssale d'un plafond étoilé que l'autoroute de nuit où viennent plonger l'un dans l'autre bitume et arbustes sur le bas côté. Night Falls réconcilie les deux points de vue. Les phares d'une voiture qui déchirent le noir l'espace de quelques secondes ; le conducteur somnolant dans une temporalité vaporeuse, devant un spectacle surnaturel fait de longs mouvements et de répétitions ennuyeuses. C'est un album profondément symphonique. Non pas que l'électronique s'y fait plus discrète que pour 0000, mais elle assume un rôle un peu différent. Ce n'est plus la rythmique cadrant de longues plages sonores, c'est un instrument parmi d'autres, venant parfois chatouiller l'orchestre faussement acoustique, parfois accompagner son élan paisible et langoureux. Les morceaux ne sont faits pour l'essentiel que de longs crescendos et decrescendos, ce qui donne un côté légèrement sentencieux à la chose mais sans que ça n'en devienne pour autant dégoulinant de prétention. Night Falls est le skeud idéal pour accompagner une virée noctambule sur une route interminable et pluvieuse, celle où vous savez que vous devrez conduire jusqu'au petit matin avec pour seule compagnie des pensées pleines de sagesses ou complètement nulles, et le petit thermos que votre mère vous a donné grâce à ses points Auchan. Hecq prouve avec cet opus qu'il sait, malgré sa patte bien reconnaissable, aller explorer d'autres pistes au grès des albums. Et il le fait avec brio.

Chroniqué par Tehanor
le 08/05/2008

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Avenger
(2011)
Hymen
IDM / Dubstep
Steeltongued
(2009)
Hymen
IDM
0000
(2007)
Hymen
IDM / Glitch / Ambient



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters