Accueil | dMute

Raoul Sinier

: Brain Kitchen



sortie : 2008
label : Ad Noiseam
style : Electro / IDM / Hip-Hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Brain Kitchen Intro
02/ Listen Close
03/ King Frog
04/ Stone Pills
05/ Baby Trash
06/ 256
07/ Whalemen
08/ Solid Flesh
09/ The Incredible Spitting Machine
10/ Ants Mayhem
11/ Huge Samurai Radish
12/ Brain Kitchen
13/ Bleeders Curb
14/ Bad

Alors, je sais, on va nous dire qu'on débloque, qu'on rabâche avec Raoul Sinier, mais voilà, les faits sont là, encore une incroyable tripotée de morceaux issus du crâne probablement fêlé de cet artiste insatiable.

Brain Kitchen , 3° long format, annoncé il y a quelques mois en grande pompe par le radis samouraï, est effectivement au rendez-vous. Toujours épaulé par son impressionnante armada de machines masochistes - depuis le temps qu'il tire dessus, franchement comment en douter - Raoul poursuit ses expérimentations sombres et souterraines avec au résultat, ces 14 titres aussi étranges qu'attachants. Oui, attachants, mais plutôt comme des sutures.

Dans l'ensemble, plus intrusifs et moins introspectifs que ne le laissaient entendre les dernières livraisons, ce disque ne s'écoutera pas pour autant tranquillement en groupe. Même si l'idée, peut-être un brin périlleuse dans sa mise en œuvre, n'est pas aussi saugrenue qu'il n'y parait. Bien sûr, un public averti s'y retrouvera plus facilement, c'est évident ; cependant rien n'empêchera quelques novices en ligatures électro-glitch d'être pris des même balancements de tête, d'avant en arrière, entre plénitude autiste et pulsion épileptique.
Initiés et débutants réunis dans la même expectative, celle de révélations qui, bizarrement, ne se produisent jamais. C'est là un des vices de Sinier, titiller par morceaux interposés les synapses, tournebouler les araignées au plafond des psychés sans promesses de réponses à la clé. Histoire que rien ne vienne entraver l'envie de réécouter, qu'il ne reste que celle d'y retourner.

Une posture pour l'auditeur tenue de bout en bout de cet opus qui, tantôt torve (le louche 256) et grouillant (le poisseux Ants Mayhem), parfois aérien (le gothique Brain Kitchen tout droit sorti d'un film de la Hammer) et surtout contondant (courbatures aux tympans assurées avec l'enchaînement Solid Flesh et son camouflage jazzy associé à la castagne de The Incredible Spitting Machine), démarre de la plus pugnace, mais attendue, des manières.
En effet, après une ouverture bien ancrée sur des positions qui depuis Two Heads Ep. nous sont familières (le breakbeat de Listen Chose comme le groove vénéneux de King Frog), Brain Kitchen finit par très rapidement armer une descente vertigineuse dans les méandres d'un cerveau qu'on sent rompu à l'exercice, battant au rythme effréné de 1000 idées à la minute.

De l'électro hybride entre IDM et sonorités hip-hop - c'est immanquable, c'est écrit dessus - assombrie de distorsions et de claviers stridents autant que lacérés, immédiate comme elle l'était sur Wxfdswxc2, la musique de Sinier se fait plus insidieuse, n'attendant plus les échéances de sortie discographique pour muter. Aujourd'hui c'est à l'échelle de chaque morceau qu'elle se transforme, rendant obsolète les idées même de "structure" ou de "concept".

Loin de toute tentative d'intellectualiser son approche (rappelez-vous il en est allergique) - ce qui n'empêche évidemment pas que tout ça garde un aspect réfléchi et prémédité remarquable - c'est en mettant l'accent sur l'éclectisme (Stone Pills est déroutant de revirement, chausse-trappe et autres coups fourrés soniques) et l'acuité rythmique (servie par un production d'une précision effrayante d'efficacité) que l'ex-Ra crée une nouvelle fois la surprise, nous donnant des raisons supplémentaires de croire qu'il devient essentiel que cette démarche fasse école, et pour cela, que beaucoup plus d'oreilles puissent gouter cet univers sonore si particulier (oui, Ad Noiseam a bel et bien du pain sur la planche !).

Et qui sait, peut-être qu'un jour tous les apprentis alchimistes, Dr Frankenstein et Golem du bleep, mieux que de taper dans la facilité et ses plats réchauffés, rejoindront cette "cuisine du bulbe" où, entre singularité et prise de risque constante, le Grand Chef Sinier a d'ores et déjà prouvé, qu'on pouvait vivre et créer, si ce n'est en symbiose, du moins en bonne intelligence, avec ses idées noires.

Chroniqué par Yvan
le 01/05/2008

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
Top
Bilan 2016
Blog
Top
Nos sélections 2015
Late Statues
(2015)
Autoproduction
Electronica / Glitch Noise / Cold Hip Pop
Rencontre avec le héraut de la musique électronique d'ici !!
(2013-09-27)

Welcome To My Orphanage
(2013)
Good Citizen Factory
Electronica / Synth-pop / Chanson / cold-wave
Guilty Cloaks
(2011)
Ad Noiseam
Electronica/Chanson/Glitch Cold Wave
Cymbal Rush / Strange Teeth & Black Nails Ep
(2011)
Oeuvre Records
Electronica Pop / Idm
Tremens Industry
(2009)
Ad Noiseam
Electro / Breakbeat / Noise / Hip-Hop
Huge Samouraï Radish
(2007)
Ad Noiseam
Electro
Two Heads Ep.
(2007)
Disco_r.dance
Electro / Abstract



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters