Accueil | dMute

Dirty Projectors

: Rise Above



sortie : 2007
label : Rough Trade
style : Folk - Rock psychédélique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ What I See
02/ No More
03/ Depression
04/ Six Pack
05/ Thirsty and Miserable
06/ Police Story
07/ Gimmie Gimmie Gimmie
08/ Spray Paint (The Walls)
09/ Room 13
10/ Rise Above

Essayez de vous souvenir de la dernière fois que vous avez écouté un disque et que vous êtes restés sans voix, sans comprendre ce qui pouvait se jouer ici, dans l’écoute. La critique du dernier album de Dirty Projectors pourrait s’arrêter là. À cette déconcertante stupéfaction.

Sauf qu’on ne vous aurait alors pas raconté d’où viennent ces curieuses chansons et qui se cache derrière cette manière de chanter, de jouer, d’imaginer une musique si singulière. Ce qui serait bien dommage, car ce projet est en soi un peu fou : David Longstreth, leader des Dirty Projectors, a en effet décidé d’enregistrer des reprises de chansons tirées de l’album Damaged de Black Flag, autrement dit un monument du punk-rock US le plus radical, avec son groupe d’indie rock lunaire. C’est déjà surprenant, ça l’est encore plus quand on sait que le jeu consistait pour Longstreth à ne pas réécouter ce fameux album et à puiser dans ses souvenirs parfois lointains pour concevoir ces reprises.

Le résultat est tout simplement magnifique et ne souffre aucune comparaison, tant avec les productions actuelles que passées. On pourrait éventuellement penser aux Talking Heads, dans cette façon de mélanger pop, rock, funk et musique africaine - et j’en oublie, dans une atmosphère à la fois légère et profonde. Les arrangements sont d’une richesse stupéfiante, basés sur de nombreuses ruptures comme sur de longues respirations, le tout marqué par une certaine économie de moyens qui se rapproche de la tradition lo-fi. Une attention toute particulière est portée aux voix, un peu dans le même esprit que le Yellow House de Grizzly Bear, dont l’un des membres (Chris Taylor) produit l’album.

Le chant de Longstreth symbolise d’ailleurs à lui seul le travail entrepris sur ce projet. Totalement atypique, il désarçonne l’auditeur, pour mieux l’entraîner dans son univers. Car c’est bien cela qui frappe sur Rise Above : au-delà de toutes les bizarreries qui pourraient n’en faire qu’un projet gadget, la musique qui nous est offerte ici touche en plein cœur, et séduit par sa fraîcheur et sa spontanéité. Longstreth et ses acolytes nous prennent par la main pour nous emmener dans leur monde étrange et nous irradier de leur créativité, au cours d’un des plus beaux voyages musicaux de cette année.


Chroniqué par Julien
le 30/04/2008

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters