Accueil | dMute

Sebastien Tellier

: Sexuality



sortie : 2008
label : Record Makers
style : Electro-pop / Truffe périgourdine

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Roche
02/ Kilometer
03/ Look
04/ Divine
05/ Pomme
06/ Une Heure
07/ Sexual Sportswear
08/ Elle
09/ Fingers Of Steel
10/ Manty
11/ L’amour et la Violence

Avec le retour du port des tennis blanches, laisser paraître un disque tel que Sexuality de Sebastien Tellier est une des preuves les plus probantes de ce retour annoncé aux années 1980 d’une société qui n’arrête pas de se chercher des parentés lointaines tant son quotidien est morne.

Dès l’introduction, nous y sommes : Biarritz et le soleil, poitrines que l’on suppose nues et dorées, pantalon blanc, bref : clichés et guimauve partout. Plus tard dans la soirée, parmi un tas de jeunes infâmes venus claquer leur argent de poche en dance hall réputé chic, entendre quelques-uns des refrains minuscules qui font Sexuality. Et là, le jugement est implacable, tellement évident : Sebastien Tellier a écrit la bande son idéale à ta vie de merde. Cocktails sans alcool au bord des lèvres, des parvenus fluo-pisse s’entretiennent de l’ouvrage, forcément incroyable : « tu comprends, tout est là : les références et la désinvolture. Ce disque, putain, c’est des synthés d’un autre âge dans le monde des Bee Gees, un beat dévastateur qui te booste du Christophe. Et aussi… Et aussi l’ironie, quand même… Faut le faire, le second degré qu’il a… »

Or, ce disque, putain, donne aussi envie d’aller réécouter un ancien 45 tours d’Alain Delon histoire de se dire que la musique d’hier c’était quand même autre chose, ou d’aller télécharger l’Oxygen de Jean-Michel Jarre pour se convaincre que tout y était avant l’heure. Mais avant l’heure de quoi ? Eh bien, de ta vie de merde, justement : époque à laquelle se pavanent sur pistes de danse les plus beaux spécimens d’illettrés : hier encore exclue du champ des villes sous prétexte d’avoir gagné le statut de poufiasse de Cassis, la décérébrée a désormais son mot à dire ; hier encore consigné à demeure pour être incapable de ne pas perdre la face en société, le parvenu ose maintenant la sortie nocturne pour retrouver ses semblables.

Alors, les voici se frottant les strass sur une porn-music minimaliste, osant la danse second degré sur une chanson qui, dit-on, atteindrait le troisième quand elle est plutôt d’un terre à terre abrutissant. A deux pas de là, une soirée d’élèves ingénieurs passe la même musique, au même moment. C’est que le disque toc aujourd’hui s’arrache, les automatismes désormais commandés ont conseillé l’achat – préférer ici quand même Colette aux grandes surfaces. Et parce que sur ta vie, même de merde, tu n’as pas la moindre influence.



Chroniqué par Grisli
le 13/02/2008

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Politics
(2004)
Record Makers
Rock/ Pop/Electro



8 commentaires afficher tous les commentaires

par Mathurin (le 07/01/2010)
Hey man prend ton exo1000, pète un coup !
J'ai envie de dire qu'aujourd'hui on est tellement habitué à écouter de la soupe, que dès qu'un album flirtant un tant soit peu avec ce dit potage, taïaut allons ce lynché ce quidam. Or faut ptet y regarder à 2 fois (et je suis rapide) avant de balancer le bébé avec l'eau du bain, regardons le cv du quidam et sa démarche.
Après alors on peut appeler Police-secours.

par Garf (le 12/05/2008)
Rarement vu une critique aussi violente. Sexuality peut sembler assez neutre à sa première écoute. Mais après 4-5 écoutes, on s'attache énormément à l'ambiance du disque. Certes il y a un usage peut être un peu exagéré des "boucles", mais c'est un vrai disque. Un vrai beau disque. Pas un mp3, pas un single, pas un 45 tours... un véritable album, inspiré, cohérent dans son "tout", dont les morceaux d'extrémité : Roche et L'amour et la violence, sont peut être les plus réussis.
De plus, ST est à mon avis la personnalité le plus intéressante du moment, capable de sortir 3 albums complètement différents les uns des autres. Peut-etre pas du génie, mais un talent énorme.
Allez le voir sur scène. Impossible de ne pas adhérer. Quant à ses talents de compositeurs et de musiciens, ils sont énormes. Pas beaucoup aujourd'hui d'"artistes", de "chanteurs" sont capables d'être à la fois inventifs, d'être de bons musiciens et en même temps de mettre le feu sur scène. Je pense même que ST est le seul à pouvoir faire ça.

par Djulz92 (le 17/03/2008)
Plutôt que les états d'âme d'un chroniqueur, une véritable chronique, positive ou négative, aurait peut-être été plus intéressante mais celle-ci est finalement à l'image de l'album: nul sur la première impression et attachant au final.

Le statut de "génie" de Tellier est certes discutable mais sa discographie on ne peut plus variée mérite qu'on s'y intéresse: l'Incroyable Vérité, Politics (et la fameuse "ritournelle"),Sessions, les BO de Narco et Steack.
Ce producteur a le mérite de se diversifier, quite à faire le grand écart entre les Mots Bleus de Christophe et Discovery des Daft. La "concurrence" electro-pop francophone est finalement limitée.
Chacun ses mauvais goûts.

par golgoth13 (le 21/02/2008)
Ouais.. je viens de le telecharger et en soi ca legitime tout les telechargements du monde. J etais curieux de decouvrir Sebastien Tellier (faut croire que le buzz fonctionne plutot pas mal) le genie, l iconoclaste, l’homme est en passe de réinventer la chanson française !!
hé ben après une premiere ecoute je suis entre hilarité et desolation. Des compositions d'une platitude hallucinante, d'accord il a des jolis sons de synthés pour enrober tout ça mais je prefere ecouter Plaid à ce moment la.
Franchement je crois que ce mec est aussi vide que Vincent Delerm mais en version dancefloor. Si vous cherchez des trucs melangeant pop et electro allez plutot faire un tour du coté du label anticon ecouter des choses genre Why? ou Fog, la on peut parler de genie qui a mon avis veut avant tout dire INNOVER.

par Edes (le 21/02/2008)
Je sais pas pour vous, mais moi ca me donne envie d'écouter l'album pour voir s'il mérite d'être jugé si sévèrement. Bien plus qu'une critique avec 10 occurrences du mot "génie"
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters