Accueil | dMute

Ez3kiel

: Battlefield



sortie : 2008
label : Jarring Effects
style : electro-rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Adamantium
02/ Volfoni's Revenge
03/ Spit On The Ashes (feat. Narrow Terence)
04/ Coal Flake
05/ The Wedding
06/ Break Or Die
07/ Alignment (feat. Blurum)
08/ Lull
09/ Firedamp
10/ The Montagues and the Capulets (feat. DAAU)
11/ Wagma

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Ez3kiel ne cessera décidément de nous surprendre. Barb4ry tombait comme un pavé dans la mare. Quittant les paisibles berges du dub, le groupe plongeait dans une rivière nourrie de multiples confluants, rendait par la même occasion sa musique insaisissable, inclassable, espèce d'OVNI musical dont l'originalité n'avait d'égal que la beauté. Cinq ans plus tard, c'est Naphtaline qui sort des usines. Brouillant toujours plus le chemin de l'auditeur, on ne savait trop dire s'il fallait le prendre comme signe d'une évolution plus marquée vers l'acoustique, ou d'un projet à usage unique. Il n'a pas fallu cinq ans pour y répondre.

Battlefield débarque alors qu'on a à peine eu le temps de se remettre de Naphtaline. Résolument tourné rock, il prouve que la formation n'hésite jamais à aller là où on ne l'attend pas. Chaque direction prise ne change pas le cap pour autant. La patte Ez3kiel, celle qu'il a acquise depuis Barb4ry, est toujours là. Suffit d'écouter Break Or Die pour s'en rendre compte. La continuité ne se traduit pas seulement dans la récurrence des ingrédients utilisés (batteries légèrement drillées, xylophone, violon, accordéon, et j'en passe), mais aussi par cette espèce de fil conducteur que le groupe s'est mis en tête de suivre. Naphtaline reprenait Le Lac des Signes de Barb4ry, Battlefield reprend le Volfoni's Revenge de Naphtaline. Par ailleurs, les fidèles DAAU refont une apparition sur The Montagues and the Capulets : une version très personnelle du célèbre thème de Sergei Prokofiev, celle qu'on nous sert chaque fois qu'il s'agit d'illustrer l'ancien régime soviétique.

Pour ce qui concerne les nouveautés : la guitare, qui faisait déjà son apparition sur Naphtaline, se montre beaucoup plus présente ici. Si elle conférait au précédent album une sérénité bien post-rock, elle n'hésite plus à exploser et pousse Battlefield aux frontières du rock et du métal. La trompette aussi. En solo, elle donne une légère couleur Erik Truffaz (mélange jazz - rock oblige). En choeur, on imaginerait bien Adamantium ouvrir un concert du Peuple de l'Herbe. Les références sont nombreuses. Coal Flake sonne comme un 65daysofstatic converti au folk. Wagma comme une libre inteprétation de Shine On You Crazy Diamond, des Pink Floyd ; Alignment comme un featuring de Saul Williams avec Massive Attack. D'ailleurs, Ez3kiel n'oublie pas quelques détours par le trip-hop. Avec The Wedding, c'est comme s'il tentait d'improviser sur une pièce issue de Mezzanine. Avec Spit On The Ashes, c'est comme s'il voulait pousser Tricky (je pense surtout à lui pour le duo homme/femme) à se muter en Jonathan Davis, finissant par gueuler à tue-tête un "take it from me" qu'on dirait droit sorti d'un album de Korn.

La diversité est certes une qualité, mais à force de vouloir s'essayer à tout, on n'excelle finalement nul part. C'est peut être le reproche que l'on pourrait adresser à Battlefield. On ne peut l'accuser de manquer d'identité ou de cohérence, ça c'est certain. Mais si Barb4ry ou Naphtaline exploraient un registre particulier et s'acquittaient de leur tâche avec brio, Battlefield ouvre tellement de pistes qu'il en devient une espèce de compilation d'ébauches n'arrivant jamais à la hauteur des références dont il s'inspire. En revanche, on peut saluer l'harmonie qu'il réussit à entretenir malgré ces pièces extrêmement variées, ainsi que la maîtrise des nuances dont il sait faire preuve. A la fois dans le développement de l'album : au post-rock ambient de Lull succède l'espèce de metalcore noise de Firedamp – c'est pousser l'audace jusqu'à programmer Explosions In The Sky en première partie de Converge. Mais aussi dans le déploiement des morceaux. The Montagues and the Capulets monte, gronde, et se voit flanqué d'une douce conclusion post-apocalyptique. Volfoni's Revenge, pour sa part, démarre à feux doux pour éjaculer un final néo-métal.

Assurément, Ez3kiel n'a pas perdu de son talent. Avec Battlefield, il s'en paie une bonne tranche en réunissant au sein d'un même album tout ce qui le tient à coeur. L'essai est intrépide et sa richesse lui réussit bien. Quoi de plus plaisant que d'écouter un groupe laisser libre cours à toutes ses folies sans se sentir oublié pour autant.

Chroniqué par Tehanor
le 25/01/2008

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Interview avec Ez3kiel
(15/02/2008)

Reportage
(15/02/2008)
@ Fuzz'Yon
Naphtaline (CD/DVD intéractif)
(2007)
Jarring Effects
Electro symphonique/Post-rock/Pop
Equalize it
(1998)
Autoproduit
Electro / Trip-hop / Dub
Handle With Care
(2001)
Jarring Effects
Electro-dub ethnique
Barb4ry
(2003)
Jarring Effects
Electro / Trip-hop / Dub



2 commentaires

par Kit' (le 08/09/2008)
(en réponse à cruelle deception)
Moi non plus je n'adhère pas du tout mais je trouve que tu exagère. Je vois pas en quoi Battlefield tend vers la banalité. Y a toujours une atmosphère, un touché musical qui doit etre respecté et reconnu. Il l'est de toute façon.
Pour les prods d'HT, je te trouve dur avec leur dernier album. Il sorte une compile de remix qui devrait te ravir.

par sCaLP_ (le 06/08/2008)
2 écoutes et demi d'un album pourtant acheté.. j'ai même pas pu tenir lors de ma tentative de 3ème écoute intégrale de l'opus. Une immondice que ce Battlefield !
En fanatique du son d'antan d'Ez3kiel je ne supporte pas le bras d'honneur qui est actuellement fait. Je comprends la nécessité (pour éviter de stagner) d'évoluer, mais là c'est se moquer du monde. A quoi ça rime de se lancer dans un nouveau style (quand on avait déjà le sien) si c'est pour produire le même son que tout le monde, qui plus est en moins bien. Nan franchement là je comprends pas ! Le pire c'est que cela semble être la coutume chez les anciennes gloires de JFX, tel qu'High Tone se lançant dans un dubstep mou du gl... alors que certains anglais en solo font très largement mieux. Ils ne sont décidément pas en forme tous ceux là !! J'avais arrêté d'acheter les prods d'HT, je ferais désormais de même avec d'Ez3kiel. J'ai pas assez de pognon pour m'acheter des galettes horripilantes qui ne tourneront qu'une ou 2 fois...
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
lun. 01/05 - Chronique
Bing & Ruth - No Home of the Mind
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters