Accueil | dMute

Raoul Sinier

: Huge Samouraï Radish



sortie : 2007
label : Ad Noiseam
style : Electro

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Bring It On
02/ Huge Samourai Radish
03/ Untitled6
04/ Solid Flesh (Part 2)
05/ Bleach Bath
06/ March
07/ Peephole Crisis
08/ Huge Samourai Radish - Lynx And Ram Remix
09/ Huge Samourai Radish - Datach'i Remix
10/ Huge Samourai Radish - feat

Raoul Sinier nous laissait courant octobre transit d'impatience avec comme seule perspective l'attente et, bien ancrée dans le crâne, Animal Sawtool, cette instru dévorante en clôture de Two Heads.

Pourtant, c'est bizarrement sans surprise - aurait-on fini par s'habituer au petit côté prolixe du bohnomme ? - en découvrant Huge Samouraï Radish , énorme maxi sorti chez Ad Noiseam tout juste un mois après le 4 titres précédent, qu'on retrouve comme si de rien n'était, nos traces laissées à côté de celles de Sinier.
Sous les envolées chaotiques de l'introductif Bring It On, on se souvient s'être posé tout un tas de questions sur l'avenir proche de l'artiste, le contenu à venir d'un troisième opus plus qu'attendu. On se rappelle assez facilement - c'est l'avantage des sorties de disques en rafale - l'état d'esprit qui nous animait alors : pourvu qu'il ne lâche plus ce filon qui nous bouleverse toujours un peu plus, ce goût pour l'esthétique grandiose de l'accident et ces étreintes "hip-hopisantes" et brûlantes qui nous avaient saisis lors de nos dernières retrouvailles.

Comme si nos incantations automnales avaient pu être entendues, voilà donc 12 titres - 7 originaux et 5 remixes - qui débarquent en hiver, étrennes dissonnantes et vacillantes arrivant à point nommé.
D'une couleur d'ensemble très cinématique, ces nouveaux morceaux ne dégagent cependant pas les mêmes humeurs. On adhérera d'ailleurs plus à celles moins plombées de Peephole Crisis, Solid Flesh et surtout du superbe Bleach Bath - une sorte de fission gainsbourgienne autour de cordes élégiaques en phase terminale (Melody Nelson doit adorer !) - qu'aux ambiances sépulcrales des très désespérés Untitled6 ou March.

Et comme si tout ça ne suffisait pas - et on ne s'en plaindra pas - le graphiste qui ne sommeille jamais trop en Raoul nous pond une vidéo "ironicomique" , Lynchéenne sur les bords (Eraserhead n'est pas loin), sur la cavalcade effrénée vers la lumière d'un radis insoumis, né autant d'un corps de femme décapitée que de la psyché de notre artiste, qui est lui, bien loin d'avoir perdu sa tête.
Un film dont on a du mal à savoir s'il a précédé ou suivi la création du morceau éponyme, tant les synergies entre les deux les rendent indissociables.
Des images comme des sons qui, entre rêve et cauchemard, maintiennent tendu le fil d'un suspens ténu que tous les remixes à suivre ne parviendront pas à égaler (même sa propre relecture dudit morceau quand bien même assortie d'un featuring de dingue en la personne de Vast Aire des Atoms Family et autres Cannibal Ox n'y arrive pas).

Mais était-ce sincèrement ce qu'on attendait d'eux. A vrai dire pas spécialement.
Alors quoi ? Sans doute et toujours cette envie de nouveautés, déformation de geek, qui ne sait se satisfaire que de chair fraîche.
Et là, pour le coup, la table est mise et bien dressée. Lynx & Ram (des rescapés de Sublight records comme Ra) offrent leur vision de la course du radis dans une noisy-rock écorchée, cataclysmique et révoltée, des plus fascinantes . Et voilà que nos cerveaux avides se reprennent à rêvasser de futures rencontres : la pythie Vale Poher, les allumés The Kills [soupirs...] .
Datach'i tapant dans le breakcore "vénicien" et La Caution lui répondant d'une refonte totale d'instru qui encore fraîche, n'en finit pas de glisser sous les lyrics d'un Nikkfurie étrangement nonchalant, dépassent d'une tête la version plus ambient de Wisp, certes taillée dans de la belle étoffe, douce et soyeuse, mais trop peu sulfureuse, un brin cousu de fil blanc, en quelque sorte .

Avec cette ultime sortie, Raoul Sinier finit l'année avec 5 disques au compteur. A regarder ce gars de ce seul point de vue statistique, on aurait bien du mal à le croire réellement humain.
A écouter avec quelle audace et pertinence il avance, avec quelle sincérité et intégrité il continue de tracer sa route, on a plus aucun doute sur ce qu'il représente à nos yeux : un artiste complet, debout et entier... vivant, en vrai !

Chroniqué par Yvan
le 22/01/2008

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
Top
Bilan 2016
Blog
Top
Nos sélections 2015
Late Statues
(2015)
Autoproduction
Electronica / Glitch Noise / Cold Hip Pop
Rencontre avec le héraut de la musique électronique d'ici !!
(2013-09-27)

Welcome To My Orphanage
(2013)
Good Citizen Factory
Electronica / Synth-pop / Chanson / cold-wave
Guilty Cloaks
(2011)
Ad Noiseam
Electronica/Chanson/Glitch Cold Wave
Cymbal Rush / Strange Teeth & Black Nails Ep
(2011)
Oeuvre Records
Electronica Pop / Idm
Tremens Industry
(2009)
Ad Noiseam
Electro / Breakbeat / Noise / Hip-Hop
Brain Kitchen
(2008)
Ad Noiseam
Electro / IDM /Hip-Hop
Two Heads Ep.
(2007)
Disco_r.dance
Electro / Abstract



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters