Accueil | dMute

Three in one gentleman suit

: Some new strategies



sortie : 2005
label : Black Candy Records
style : Math-Rock / Post-Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Modern age apologies
02/ Maths rule the squadrons
03/ Two thousand steps
04/ A sort of withdrawal
05/ Hi-fi burnout
06/ The way you walk
07/ Underwater, my samba
08/ Get off my plane
09/ Approach / arrival
10/ New strategies
11/ Delikatessen

Découverts lors de leur récent passage à Paris grâce à nos excellents camarades de RockPost, les Italiens Three In One Gentleman Suit avaient réussi à conquérir un public rare (ah… maudites grèves !) mais exigeant, et qui n'eut guère de mal à reconnaître le talent et la fougue communicative de ce trio.

Si le disque ne retient pas l'énergie du concert, il fait toutefois entendre plus de subtilité. Et ici, ce qui frappe à tous les sens du terme, c'est la manière dont la technique — celle du guitariste, notamment — est mise au service de la fabrique minutieuse de chansons. Écoutons ainsi Two thousand steps et l'insistance avec laquelle cette voix sobre et éloquente scande les mots "you punk", déraillant ainsi de la trame que le chanteur a d'abord installée à l'unisson de sa basse, tandis que la guitare dessine ses ornementations avant de rejoindre l'ensemble percutant qu'ils forment avec la batterie. Encore : Hi-fi burnout voix légèrement saturée qui coupe net — et ce, à chaque fois qu'elle se veut faire entendre — un unique motif affirmé de concert par le groupe.

Plus lyrique, Three In One Gentleman Suit sait l'être aussi, comme feu son aîné Karate (The way you walk et ses grands accords lâchés que souligne par antithèse un guitare noise).

Or, si l'on se tromperait en affirmant qu'il va plus loin que son aîné, le groupe trouve toujours avec bonheur des voies différentes (sans parler de la décadente Underwater, my samba) : préférence franchement marquée pour le rock tendance mathématique (Maths rule the squadrons, Approach / arrival), mais sans jamais le surjouer. Des stratégies nouvelles, en somme, pour jouer non pas la même chose, mais pour la faire entendre : une certaine émotion, le sentiment peut-être d'une inadéquation au monde tel qu'il va, aux gens tels qu'ils sont. Une note mélancolique qui, si elle ne rend pas l'atmosphère générale de l'album, est cependant celle sur laquelle l'album s'achève (Delikatessen).

Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 14/01/2008

Partager cet article :





1 commentaire
www.myspace.com/sonsoffrda
par manu (le 09/03/2008)
grosse baffe en concert et egalement sur disque,
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters