Accueil | dMute

Uusitalo

: Karhunainen



sortie : 2007
label : Huume Recordings
style : Electro / Techno

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Vesi Virtaa Veri
2/ Korpikansa
3/ Tohtori Kuka
4/ Konevitsa
5/ Sikojen Juhla
6/ Karhunainen
7/ Satumaa
8/ Nälkälaulu
9/ Himo Perkele
10/ Puut Juuriltaan

Dire que Sasu Ripatti est un producteur prolifique est un euphémisme. Troisième album déjà pour lui en un an ! Trois albums, mais trois projets différents. Luomo pour la deep house avec Paper Tigers, Vladislav Delay et son ambient éthéré sur Whistleblower et enfin aujourd'hui Uusitalo. Imaginer que ce dernier se résumerait en un mélange des deux premiers serait bien trop facile. Il n'en est rien, évidemment.

Selon les dires du finlandais , cet album est "comme un remède" à son vague à l'âme, à la nostalgie de son pays, lui qui vit à Berlin depuis 6 ans. D'ailleurs en finnois Uusi signifie "nouveau" et Talo "maison". Les pieds à Berlin, la tête à Helsinki donc. Cela peut donc expliquer pourquoi sa techno (?) semble si insaisissable.

Au premier abord, on est frappé par le travail effectué sur la rythmique. Car, pour une fois, Mr Ripatti la met au premier plan, au détriment de l'atmosphère et la mélodie. Beats féroces vrillés, plus ou moins lourds ou ciselés (Sikojen Juhlen), tempos robotiques, ça frappe sec et fort (Karhunainen, Himo Perkele) mais ne tombe jamais dans le massif ou le vulgaire. On se rapproche plutôt d'une mécanique de haute précision parfaitement huilée.

Mais si l'on tend bien l'oreille et que l'on parvient à défricher cette forêt de drums, on entrevoit les esquisses de mélodies secrètes. Comme si les paysages septentrionaux qui tapissent la mémoire du scandinave résistaient à l'éloignement et à la dureté du monde urbain de la capitale allemande. Cela se traduit par quelques nappes soporifiques subtiles bien placées (Tohtori Kuka), ou des bruitages évoquant cris d'oiseaux et autres gouttes d'eau (Konevitsa).

Pour finir, difficile de ne pas se laisser engourdir par ces lignes de basse chaloupées (Satumaa, Sikojen Juhla), fluctuantes commes les courbes d'un grand huit, et très marquées, à la manière d'Aardvarck sur son Cult Copy par exemple.

Sasu Ripatti délivre encore une fois une production de haute volée, léchée, fluide et ne ressemblant à aucune autre. Idéale pour une écoute domestique, elle donne pourtant des fourmis dans les jambes. Une vraie réussite, qui confirme la place prépondérante des scandinaves (Trentemoller, Jussi-Pekka, Lindstrom, Prins Thomas, DK7...) sur l'échiquier des musiques électroniques. Alors, à l'heure du bilan, tiendrait-on notre artiste de l'année ?



Chroniqué par Fabien
le 04/12/2007

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters