Accueil | dMute

edIT

: Certified Air Raid Material



sortie : 2007
label : Alpha Pup Records
style : Dubstep / Glitch Hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Questions
02/ Battling Go-Go Yubari In Downtown L.A.
03/ Artsy Remix (feat. The Grouch)
04/ Certified Air Raid Material (6:06)
05/ Night Shift (feat. Abstract Rude)
06/ Straight Heat
07/ The Sirens
08/ Back Up Off The Floor Pt. 2 (feat. The Gro

"It’s the most difficult thing, I think, for most people." On ne peut que donner raison à Edward Ma - alias edIT - lorsque, dans l'intro de Certified Air Raid Material, il tente de décrire à quoi ressemble sa musique ; ouverture quelque peu nombriliste, me diriez-vous. Nous voilà prévenus, cet album ne ressemble à rien d'autre. C'est vrai dans une certaine mesure, mais il est évidemment toujours plus flatteur pour un artiste de présenter son travail comme tel plutôt que de le comparer à d'autres. Le chroniqueur que je suis pour considérer cette oeuvre se devait donc de retisser les liens afin de ne pas tomber dans ce sombre subterfuge.

"Glitch Hop", c'est le premier terme qui me vient en tête. J'ai commencé à le voir apparaître lorsque l'on parlait de travaux dans la lignée de Prefuse 73 et l'ai toujours trouvé assez juste. La dénomination "glitch hop" synthétise parfaitement cette tentative de passer des boucles hip-hop à la moulinette glitchienne héritée d'Autechre, et maintes fois reprise pour d'autres styles, du trip-hop (Telefon Tel Aviv) à la folk (Double U) et bien d'autres encore.

"Dubstep", c'est la deuxième couleur dont se peinturlure la gueule cet album. En effet, les rythmiques se traînent trop pour sonner tout à fait hip-hop, et on penserait plutôt au son de Ghislain Poirier, Milanese, voire tenter quelques vagues parallélismes avec celui de l'Oeuf Raide, notamment pour ce qui concerne ce goût pour la petite mélodie à deux balles survolant d'un air narquois un beat très minimaliste.

Glitch oblige, Certified Air Raid Material est une vraie charcuterie de samples. D'ailleurs, n'importe skeud électro qui veut se donner un son un tant soit peu moderne ne se doit-il pas d'y apporter une certaine dose de déstructuration ? Ces dernières années ont transformé ce qui paraissait encore il y a peu comme avant-gardiste en espèce d'impératif électronique. Tout le monde participe à la grande messe du cut et si même Justice arrive en tête des charts, c'est vraiment que cela n'a plus de quoi étonner personne. L'analogie ne s'arrête pas là. D'après mes récents calculs, edIT peut être désigné comme un mec "in", voire peut être même "cool" dans la limite de ce que les trois points que j'ai révélé pour en arriver à une telle conclusion me permettent d'affirmer :
- edIT utilise le fameux son de synthé sous disto et à la stéréo appuyée qui fait le bonheur du crew Ed Banger, Boys Noize, Teenage Bad Girl et tout cette nouvelle scène dancefloor que l'on ne présente plus ;
- dans Back Off The Floor, edIT fait chanter le mec du refrain avec une réverbe robotisée qu'on a déjà tous entendu, même Uffie ;
- un skeud électro dans le coup se doit d'avoir au moins un featuring avec Busdriver ou TTC. edIT s'offre les deux pour Crunk De Gaulle, la classe.

D'accord, edIT est un peu le Para One du dubstep, mais ces quelques considérations ne doivent pas nous faire passer à côté des qualités intrinsèques de son album. edIT donne dans la surenchère d'effets, mais contrairement à beaucoup de ses compères tout aussi tortionnaires du sample, le mec a su en épurer le rendu. Résultat, l'auditeur peut en apprécier chaque élément et non pas une bouillie technique dépassant complètement son entendement.

Ensuite, les featuring, généralement très appréciables sur ce genre de musique, sont particulièrement réussis. Petit bémol peut être pour ce RnB servi par TTC et introduisant Crunk De Gaulle que même votre soeur accroc à Corneille pourrait kiffer. Mais bon, c'est aussi le propre du trio de faire du vrai faux vrai second (ou sixième) degré ; on aime ou on aime pas. Heureusement pour moi qui n'en suis pas très friand, l'intervention de Busdriver, le travail de voice cuttage, et le mode "j'envoie la sauce" qui se déclenche en fin de morceau avec pour final les scratches de D-Styles rattrapent le tout.

Au final, c'est un skeud bien plaisant que nous livre là edIT. Il y a de l'idée, des gimmicks qui sonnent justes, un son grave dans l'mouve ; alors, si il ne fallait que ça pour vous rassurer, Certified Air Raid Material restera toujours trop trituré pour finir sur la platine de votre soeur - va savoir si on pourra en dire autant dans cinq ans. Ah oui, et edIT explique même sur la dernière piste pourquoi il a baptisé son opus d'un nom si bizarre. "We don't really need anymore bombs, you know, except for bombs on the dancefloor." Si ça c'est pas cool !


Chroniqué par Tehanor
le 23/11/2007

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Crying over Pros for no reason
(2004)
Planet Mu
Electronica/Pop/Abstract Hip-Hop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters