Accueil | dMute

Le Peuple de l'Herbe

: Radio Blood Money



sortie : 2007
label : PIAS
style : Bazar électronique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Yep !
02/ History Goes
03/ Judge Not
04/ Traces
05/ The fall
06/ Quai n°8
07/ Plastic People
08/ Dope Beats
09/ Viva la Revolucion !
10/ Riddim Collision
11/ Free Degree
12/ Yep ! (afini)

Sombres ruelles, vives querelles ou conflits perpétuels. L’atmosphère de Radio Blood Money transpire le contentieux mafieux, chaque goutte de sueur évoquant un stéréotype du crime organisé. Violence, corruption, poker, drogue, prostitution, règlement de compte... Etonnant ? Pas vraiment. Le Peuple de l’Herbe s’est inspiré du sombre roman de science fiction Dr. Bloodmoney de l’Américain Philippe K. Dick.

Publié en 1965, au milieu d’une époque communément appelée Guerre Froide, le roman fait la nique au président Nixon, mettant notamment en scène un opposant au pouvoir dont la seule arme est une radio. Le Peuple replace cet écrit dans l'actualité. Ce quatrième album surprendra l’auditeur, habitué aux rythmes festifs des Lyonnais. Moins de sampling et plus de musique live, prête à prendre son envol sur scène. Peu voire pas de couleurs, ni même un rayon de soleil. L’album semble avoir été enregistré sur les quais d’un terminal industriel. La variation des tons de gris, du noir et du blanc suffisent.

Sir Jean tente veinement d’égayer l’album en imposant son riddim sur Judge Not, mais le chanteur sénégalais (ex Meï Teï Shô) doit se raviser, vite rafraîchit par une instru glaciale et encore une fois… industrielle. Le très bon Riddim Collision, rythmé par un synthé à la sauce Zenzile, illustre un album mélangeant les saveurs, multipliant les parfums, mais maintient l’ingrédient indispensable de la recette du Peuple de l’Herbe, la trompette.

« Une nation de non-fumeurs. Pas de cigarette, pas d’alcool, pas de drogue, pas de femme. A moins bien sûr d’être marié. » (Extrait de Traces) Comme dans l’ouvrage, le groupe s’engage politiquement contre un gouvernement répressif, milite avec les mots, pointe du doigt les entraves à la liberté en adaptant l’œuvre des années 60 à l’époque actuelle. Les rebelles lyonnais ne voient sûrement pas d’un bon œil (sans vouloir leur faire dire ce qu’ils ne revendiquent pas ouvertement) la présidence qui les gouverne. Qui nous gouverne...

Un engagement qui semble amorcer la révolution tout en douceur du Peuple, qui abandonne peu à peu son étiquette de machine à sampler. Le résultat est agréable mais manque d’homogénéité. Paradoxe, ce grand bazar illustre parfaitement l'ambiance du crime organisé, comme sorti d’un hangar désaffecté. Le Peuple de l’Herbe amorce sa révolution… industrielle.


Chroniqué par Camille
le 05/11/2007

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Sold Out
(2004)
PIAS
Dub/ragga/jungle
P. H. Test / Two
(2002)
PIAS
Drums&bass/jungle/dub/trip-hop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters