Accueil | dMute

Modeselektor

: Happy Birthday



sortie : 2007
label : BPitch Control
style : Electro

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Happy Birthday
02/ Godspeed
03/ 2000007
04/ Let your love grow
05/ Em Ocean
06/ Sucker Pin
07/ Edgar
08/ Hyper Hyper
09/ B.M.I
10/ The dark side of the frog
11/ The dark side of the sun
12/ Déboutonner
13/ The Black Block
14/ The first re

Après un hommage à leurs mamans (Hello Mom, sorti en 2005 sur BPitch Control), ils poursuivent avec un nouvel hommage à leurs deux prochaines progénitures avec Happy Birthday.
Pendant ce laps de temps qui a séparé ces deux opus, le duo Gernot/Szary n'a pas fait que semer des graines, mais s’est aussi confirmé en faisant exploser près de 111 dancefloors à travers le monde. Grâce à leurs performances lives, leur réputation s’est plaquée d’or. Il était donc grand temps pour eux de retourner dans leur studio/caravane d’enregistrement pour donner naissance à Happy Birthday.

Pour tous ceux qui sont familiers au saisissant savoir-faire exploité à travers Hello Mom, à tous ceux qui ont épinglé des posters de singe triste sur les murs de leur chambre et attaqué leur frigo en le recouvrant de stickers Modeselektor, ce nouveau-né manquera un peu de son effet de surprise.
Une nouvelle confirmation à ajouter à leur profil certes, car il est impossible d’en dénigrer la qualité, mais à tous ceux qui s’attendaient à une révolution sonore qui bouleverserait leur vie et celle de leur maman avec, rentrez les armes!
Finalement, révolution ou pas, on y trouve son compte dès les premiers tours de disque. Et des tours, il va y en avoir, parce que ces deux créateurs ont eu des accès de boulimie et nous servent sur leur plateau, rien que dix-huit mets, puisant encore plus loin dans les saveurs multi-sonores électroniques.

Godspeed fait office de panneau de signalisation « oui oui, c’est bien par ici », faisant le pont entre leurs deux derniers opus. Echo aux titres précédents comme Hasir ou The rapanthem, la même inspiration insuffle les nappes mélodiques fondues dans des rythmes denses et quand les voix fantomatiques à peine perceptibles passées sous la moulinette de filtres s’arrêtent, c’est la bande des TTC qui prend le relais.

Dancing box avait fait la quasi-unanimité sur Hello Mom, alors pourquoi s’arrêter là ?
Ils auraient eu tord de ne pas retenter l’expérience car c’est immanquablement une réussite.
J’entends déjà les auditeurs scander par-dessus cette si singulière voix de Tekilatex : « C’est la vengeance, c’est la punition, c’est la techno dans la cathédrale, c’est la rave party gothique, sort tes glowsticks, c’est le black métal ».

L’une des grandes qualités de ce duo se fonde sur les multiples featurings qu’ils honorent par leurs productions. Les artistes l’ont bien compris, certains même qui ont déjà collaboré avec le duo dans le passé, l’ont transformé en réel soutient musical, on y compte TTC, Paul St. Hilaire, Thom Yorke, Maximo Park, Puppetmastaz, Otto von Schirach et Siriusmo.

Pour Let your love grow , Modeselektor et Apparat ont ressuscité leur projet commun Moderat pour produire un sublissime titre ou le reggae sous réverbe de Paul St. Hilaire fusionne avec génie aux couches synthétiques de rythmes, nappes et mélodies étalonnées par le trio.

Si l’album contient quelques longueurs, celles-ci sont rattrapées par la folie surprenante de titres qui explosent les frontières musicales pour aller titiller ses extrêmes .
Comme Hyper, Hyper un produit techno-tuning (reprise de booty-tecktonic par Scooter) où la voix survenant des fonds marécageux d’Otto von Schirach nous dit être venu poser l’énergie sonore dans les lieux pour nous voir suer. Ce qui aura lieu dans un premier temps sur des notes hard-core qui s’échappent sur des synthés dance, pour finalement atteindre le rivage sur des boucles de trance.

A la fin de cet intense gavage musical, on trouvera peut-être encore l’appétit d’y rejeter un coup d’oreilles. Ce serait donc le signe que cette célébration musicale a été habilement orchestrée par le duo.
Il se peut également que l’auditeur se sente assommé après une écoute attentive et qu’il n’y trouve pas son compte mais il y a une certitude qui planera -je l’espère toujours, comme une auréole au-dessus de leurs têtes débordantes d’ondes, c’est celle de leur incontestable talent.


Chroniqué par TiNemFou
le 23/10/2007

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Hello Mom
(2005)
BPitch Control
Electronica / Dance
Turn Deaf EP
(2004)
BPitch Control
Electro-tech / Electro hip-hop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters