Accueil | dMute

Seychal-Mills

: Dandelions



sortie : 2007
label : Autoproduit
style : Electro

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Montage
02/ Was ist also wahreit ?
03/ Machines
04/ We want decibels
05/ Permafrost
06/ Weathervane
07/ Last breath of a dying bull
08/ Tipasa
09/ Birds on wires
10/ Take me in your arms
11/ The dream of Lucy Westenra
12/ Sextine

Ce premier album ne sort pas de nulle part. Au-delà de son caractère autoproduit qui ne renseigne pas outre mesure sur sa qualité artistique intrinsèque, il déploie une tonalité imprévisible mais jamais absconse présentant un vaste panorama du savoir-faire de son créateur.

Seychal-Mills, comme son nom ne le laisse pas forcément présager, est un projet solo qui germe dans l'esprit de Vincent Verselle alors musicien chez The Unexpected et Grammar and Use en même temps que monte en lui l'envie, je cite, de "dresser un pont suspendu entre évidence et complexité". Ce projet va donc lui permettre de développer un cadre nouveau au service de cette idée, un endroit où entreprendre la synthèse des expériences passées avant de partir en expédition en electronica.

Dandelions est en somme le résultat de ce voyage qui tout en restant assez pop (Permafrost et ses pas dans la glace, la bluette Weathervane) met en jeu des méthodes aussi variées que la répétition de rythmes (Last Breath of a Dying Bull) ou l'approche plus organique et tendue du post-rock (Tipasa) en passant par l'injection verbale. Au travers des mots de Friedrich Nietzsche (Was ist also Warheit ?) extrait d'un texte inachevé "Vérité et Mensonge au sens extra-moral" qui en substance nous parle d'abandon de la vie théorique pour la vie artistique, des dialogues de Bram Stocker (The Dream of Lucy Westenra) ou d'Albert Camus (Tipasa), Seychal-Mills entreprend en effet d'inoculer de la littérature à sa musique, enrichissant ainsi les débats à venir sur la dictature du concept et la pluridisciplinarité. Papillonage ou érudition ? La question peut être posée.

Parce que transversale dans l'approche, multi-facettes dans les évocations sonores, amoureusement mise en forme et plutôt froidement produite, il est au final difficile de cataloguer et résumer une telle entreprise. Imaginez juste un vaste champ d'expérimentations gigognes, fusionnant et se métamorphosant en de surprenants hybrides qui, comme la Dent-de-Lion (le Dandelions de la jaquette, sobre artwork du duo de créatrices Madame Paris), ce pissenlit de province, fleur composite et rebelle, soient capables d'essaimer au gré du vent. Libre et pluriel, voilà tout.

Chroniqué par Yvan
le 19/10/2007

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters