Accueil | dMute

Mice Parade

: s/t



sortie : 2007
label : Fat Cat
style : Post-Rock / Pop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Sneaky red
02/ Tales of Las Negras
03/ The last ten homes
04/ Snow
05/ Double dolphins on the nickel
06/ Satchelaise
07/ Swing
08/ Circle none
09/ The nights after fiction

C'est peut-être ce qui reste le plus difficile à faire : des chansons qui ne cèdent jamais à la facilité tout en ayant pourtant tous les atours de celle-ci. Des chansons, c'est-à-dire, comme on l'entend souvent dans l'univers de la musique populaire : une guitare qui accompagne une voix. Mais, aussi des chansons qui s'ouvrent sur des break/beats de batterie qui donnent immédiatement le ton : si la chanson compte, elle n'est pas seule, il y a quelque chose de plus, un supplément de rythme, qui n'est pas nécessairement un supplément d'âme, même s'il l'est dans une certaine mesure, qui fait qu'on n'est pas maintenu dans le seul univers de la pop. À ce titre, commencer, comme c'est le cas ici avec Sneaky red, un album par un solo de batterie — aussi court soit-il — cela veut tout dire. Et, puisqu'il est court, cela ne veut pas dire qu'on aura affaire à un album de démonstration. Non. Ça veut dire que le disque sera tout entier établi sur le rythme et qu'il faudra le prendre comme tel.

Alors, oui, si l'on veut, il y a quelque chose de moins dans cet album que chez ses prédécesseurs. Disons que Mice Parade sonne moins Him. Mais, comment résister à la manière dont Adam Pierce entretient dans la durée par une guitare électrique salement saturée les mélodies, progressions d'accords, qu'il construit d'abord sur une guitare avec des cordes en nylon bien propre (c'est particulièrement net sur Satchelaise) ? S'il n'y a là rien d'original, pour une fois, au moins, c'est particulièrement bien senti.

Alors, oui, la voix de Kristin Anna Valtysdottir de Múm sur Double Dolphins on the Nickel (déjà présente sur Bem-vinda vontade) pourra certes agacer — en tout cas, c'est mon cas — mais, ce n'est rien finalement rapporté à la simplicité retrouvée d'Adam Pierce, moins d'Amérique du Sud et, pourtant, en un sens (comme en témoigne finalement et de manière excellente The nights after fiction), tout autant de chaleur.

Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 05/09/2007

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Bem-vinda Vontade
(2005)
Fat Cat
Post-Rock Acoustronica
Obrigado saudade
(2004)
Fat Cat
Post-Rock/Electro



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters