Accueil | dMute

Deadbeat

: Journeyman's Annual



sortie : 2007
label : Scape
style : Electro dubby / Patchwork bass-music

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Lost Luggage
02/ Melbourne Round Midnight
03/ Night Train to Paris
04/ Refund Me
05/ Where Has My Love Gone
06/ Deep in Country
07/ Turbulence
08/ Gimme a Little Slack
09/ Gimme a Little Dub
10/ Loneliness and Revelry
11/ Black Stacey (Deadb

Nouvelles inspirations rythmiques et nouvelles connexions électroniques définissent assez bien le dernier opus de Scott Monteith. Sa production précédente, New World Observer, remise dans son contexte, avait présagé une évolution notable de l'artiste, délaissant peu à peu ses relents d'électronica minimaliste dubby pour une musique plus rythmique, mais néanmoins toujours aussi chargée en infrabasses.

Même constat pour Journeyman's Annual, où seule l'exellente introduction – accompagnée du violon de Sophie Trudeau (ex-Godspeed You! Black Emperor) - Lost luggage et Melbourne round midnight répandent un dub atmosphérique rappellant les premiers soupirs de Deadbeat. S'en suit un changement de rythme et de beat. Plus massif, plus axé sur les dancefloors des mangeurs d'infrabasses, Journeyman's Annual dégage des relents half-step ou dubstep (Turbolence) dans la lignée d'une production Hyperdub où les atmosphères sombres et cinématiques prédominent sur les basses tectoniques. Mais Deadbeat apporte sa fameuse patte organique, donnant à chaque morceau une âme, une ambiance souvent étouffée et complexée par des textures soignées. L'expérimentation ne s'arrête pas là : des riddims (Refund me, Deep in country) clones du ragga-digital de The Bug accentuent une nouvelle fois la rythmique globale stoppée net par un essai dancehall absolument fameux Gimme a Little Slack. Toasté par Jah Cutta, le riddim, loin des clichés du genre, est décliné dans une version dubby aérienne. La conclusion est tirée par le titre Black Stacey mixé par Deadbeat pour Saul Williams en 2005, version qui correspond tout à fait au poetry du monsieur.

Cette vision des musiques jamaïquaines dans leurs déclinaisons les plus électroniques laissent entrevoir un avenir intéressant pour le talentueux Scott Monteith. Les chemins qui s'ouvrent à sa musique sont nombreux et notre curiosité d'auditeur va devoir attendre un bon moment avant de voir paraître le nouveau visage de Deadbeat. Pour le moment, il est préférable de digérer cette bonne production qui sera certainement considérée comme un album transitoire.

Chroniqué par Kiteklat
le 29/08/2007

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Roots and Wire
(2008)
Wagon Repair
Techno dub
New world observer
(2005)
Scape
Electro-dub minimaliste
Something borrowed, something blue
(2004)
Scape
Electro-dub minimaliste
Wildlife documentaries
(2003)
Scape
Electro-dub minimaliste



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters