Accueil | dMute

Bola

: Kroungrine



sortie : 2007
label : Skam
style : Electronica

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Zoft Broiled Ed
2/ Noop
3/ Waknuts
4/ Halyloola
5/ Urenforpuren
6/ Phulcra
7/ Rainslaight
8/ Diamortem

Lundi 20 Août, je reçois enfin le nouvel album de Bola, commandé au préalable via Internet. Je m’empresse de le déballer et là stupeur, mes doigts restent collés au précieux objet. Taillé dans la glace, Kroungrine reste fidèle aux productions précédentes du maître ès électronica d'outre-Manche, le mystérieux Daren Fitton.

Comme d'habitude, très peu de bruit quant à la sortie d’un nouvel album de l’un des fers de lance de la scène « intelligent techno ». Scène regroupant de prestigieux groupuscules d’obscurs apôtres tels Warp, Rephlex ou encore Skam. C’est d'ailleurs sous cette dernière bannière qu’officie Bola.

Electronique dans sa totalité, sa musique a pour principale caractéristique une froideur implacable. Beats acérés et réguliers, nappes polaires et bleeps robotiques composent la majorité de ses productions. Pourtant, bien vite, on s’aperçoit qu’un brin de vie semble subsister sous la glace, avec des mélodies bien humaines (Halyloola) et des bribes de voix (Waknuts) qui peinent à transpercer l’épais manteau de gîvre qui recouvre Kroungrine.

En vain, se dit-on ensuite, car si l’anglais nous fait croire le temps de deux pistes qu’il est prêt à mettre un peu de chaleur dans ses productions, force est de constater qu’il redevient vite lui-même avec Phulcra… avant de mettre de nouveau un peu de vie sous le gel sur Rainslaight. Morceau au tempo chaloupé et aux mille sonorités cosmiques, il semble trahir l’homme qui se cache derrière les machines en insufflant une touche de rêverie à Kroungrine. Comme si l’auteur avait eu besoin de regarder vers le haut, de remonter vers la surface des eaux profondes dans lesquelles il compose d’ordinaire. Diamortem enfin clôt l’album de bien belle manière et sans esbrouffe. D’une durée de 15 minutes environ, ce titre se veut plus éthéré et éclairé que les premières pistes de l’album avec l’apparition de cordes, de voix aériennes et un tempo plus lent.

Alors ça y est, le CD s'arrête et, doucement, la glace qui s’était figée autour de moi se met à fondre. Car Krougrine , c’est aussi cela, un album qui transporte, et surtout qui isole, qui remet son auditeur en paix avec lui-même le temps d’une petite heure et l’enferme dans un étrange cocon givré.

Toujours aussi brillant donc, Bola ne nous déçoit jamais et semble avoir acquis à jamais ses lettres de noblesse au sein de la confrérie électronica avec ce cinquième album magistral.

Chroniqué par Fabien
le 22/08/2007

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Gnayse
(2004)
Skam
Electronica / ambient expérimentale



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters