Accueil | dMute

Hku

: Soukha



sortie : 2007
label : Autoproduit
style : Electro / Trip-hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Intense
02/ J'aurais voulu
03/ L'Histoire d'un Homme
04/ Write the story
05/ La Fourmi
06/ En quête de sens : Soukha
07/ Esperando la proxima vez

On aurait pu essayer de disserter sur la place de ce mot hindi - Soukha - au fronton de cet album , trouver les perspectives qui auraient pu rapprocher le nom de son mystérieux créateur Hku - prononcez Haïku - et la poésie évanescente qui flotte autour de ses compositions. Seulement voilà, ensorcelé par les charmes capiteux de ce premier opus, on s'est laissé enivrer par ce qui ressemble grandement à un beau bouquet d'états d'âmes (le si mélancolique J'aurais voulu en est une composante des plus pregnantes).

A l'instar de ces substances qui libèrent l'imagination, Hku est avant tout un écarquilleur de pupilles, un formeur d'images, qui derrière les effluves envapantes de morceaux downtempo (En Quête de Sens : Soukha, ce titre !) mûris en voyage , fait souffler un vent mi-électronique mi-organique sur un monde onirique à la croisée des chemins entre Tim Burton et Sergio Leone (La Fourmi en est assez bluffant ).
Un univers paumé quelque part à la lisière du songe éveillé (Write The Story) et de l'alacrité vertigineuse (le Gainsbourguien L'Histoire d'un Homme qui va jusqu'à sampler la voix du maître) où les notes irisées d'un piano ou d'une contrebasse (le magnifique et sobre final Esperando la Proxima Vez, calé entre Yann Tiersen et Pascal Comelade) deviennent autant de sas béants offerts au chaos de l'inconscient.

Dj Shadow a su exceller dans ce registre, aujourd'hui on trouve Doctor Flake parmi ces esseulés qui portent encore haut le flambeau d'une musique trip-hop et abstract de qualité. Mais tout cela reste assez disparate pour qu'on soit encore surpris puis charmé de rencontrer un artiste qui a lui aussi cette capacité d'embellir et faire fuser des arrières-salles de la mémoire toutes ces chromos qui n'appartiennent qu'à nous.

Alors au risque de sombrer dans les poncifs, on peut tout de même renchérir en faisant de Soukha , un de ces albums importants parce que capable de parler autant à l'âme qu'à son reflet, nos yeux en somme.
Et qui sait, peut-être doit-on s'attendre à ce que le savoir-faire du Monsieur soit un de ces quatre matins sollicité par le cinéma. Quelle manne se serait de pouvoir voir et entendre s'accoler ses talents de mise en scène orchestrale aux discours esthéthiques d'un(e) cinéaste avide de sonorités expressives (Mann ? Wenders ?).
Mais bon, avant d'extrapoler, reste à bien profiter de ces sept titres sans faille. Et attendre la prochaine fois.


Chroniqué par Yvan
le 19/07/2007

Partager cet article :





1 commentaire
http://www.playthatsound.com/
par Veni (le 22/05/2010)
Belle chronique, magnifique album. Musicalement.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters