Accueil | dMute

Dj Kentaro

: Enter



sortie : 2007
label : Ninja Tune
style : Hip-hop / Turntablism

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Enter Newground
02/ Keep On
03/ Free
04/ Tasogare Highway High (Bass Wanna Be A Singer)
05/ Rainy Day
06/ Uminnaka
07/ Handmade Gift
08/ Space Jungle
09/ Nursery Room
10/ Harvest Dance
11/ Trust
12/ One Hand Blizzard
13/ Brightin’ Star
14

Miss France, Samplers et Artisanat...


Gratifié de la note maximale en finale du championnat DMC 2002, le japonais Kentaro n'est pas manchot avec une paire de Technics. Soit. Mais faut-il absolument faire produire un album (au moins) à chaque lauréat de cette épreuve ? N'est-ce pas rapprocher dangereusement la création musicale d'un business à millésime comme les Miss France et les Star Academyciens ? Ben si, justement. Mais n'accablons pas le pauvre Kentaro, il n'y est sans doute pour rien.

En revanche, il est certainement responsable de la bonne qualité d'ensemble de son album. Porté par des featurings prestigieux (c'est-à-dire des gens connus qui viennent causer sur la musique), Enter est sans tache ni faute de goût. Les instrumentations très maîtrisées du DJ font le lit des rimes de Pharcyde, entre autres, et donnent lieu à quelques beaux moments, tel Free, qui voit Spank Rock donner avec plaisir dans le miami bass le plus racoleur. Mais à l'exception de cette petite audace, de Hatsuyume et de la perle de swing qu'est One hand blizzard, il faut reconnaître que le reste de l'album est passablement convenu. Des instrumentaux très honorables, certes, qui n'hésitent pas à embarder et à chatouiller le drum'n bass, mais rien de révolutionnaire.

Faut-il alors juger l'album en tenant compte de la virtuosité de son interprète ? On peut en effet saluer la prouesse technique du Japonais, mais il n'y a pas lieu d'en faire une valeur ajoutée sur le plan artistique (on dit même parfois que les virtuoses sont les pires des interprètes). Par ailleurs, on peut se demander où réside l'intérêt, puisqu'à un tel niveau d'adresse on ne fait plus la différence entre le turntablism et les sampleurs (qui, eux, ne provoquent pas de tendinites).
Ce qui distingue ainsi l'habile artisan qu'est Kentaro de turntablistes comme DJ Krush ou Kid Koala, c'est que ces derniers exploitent les défauts de leur instrument (et de leur méthode) sans chercher à imiter la régularité et la pureté du sampleur; le son grésille, les basses grondent et le scratch secoue les repères du rythme et de la mélodie. En somme, pour profiter pleinement du talent de Kentaro, il vaut sans doute mieux le voir enchaîner les cuts à la vitesse du son (par exemple sur son DVD), car à l'écoute, plus rien ne distingue l'homme et la machine.

Chroniqué par Hayaji
le 13/07/2007

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
ven. 14/09 - Chronique
Low - Double Negative
mar. 11/09 - Chronique
Animal Collective - Tangerine Reef
mer. 15/08 - Chronique
The Necks - Body
jeu. 09/08 - Chronique
Pram - Across the Meridian
jeu. 26/07 - Chronique
Ian Hawgood - 光
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters