Accueil | dMute

The Besnard Lakes

: The Besnard Lakes Are the Dark Horse



sortie : 2007
label : Jagjaguwar
style : Pop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Disaster
02/ For Agent 13
03/ And You Lied to Me
04/ Devastation
05/ Because Tonight
06/ Rides the Rails
07/ On Bedford and Grand
08/ Cedric's War

On le dit déjà depuis un petit moment dans ces pages : l'avenir de la pop se joue actuellement de l'autre côté de l'Atlantique. On ne compte plus les groupes de Montréal et de Toronto applaudis ici et là, à tel point que le Canada est devenu un label, presque un gage de qualité à lui tout seul. Alors on serait tenté de se méfier de toute nouvelle sortie, de regarder avec suspicion toute formation originaire des rives du Saint Laurent ou du Lac Ontario.

Mais l'écoute des premiers titres de The Besnard Lakes Are the Dark Horse suffit à lever toute méfiance. Les Besnard Lakes sont loin d'être des clones sans saveur de Arcade Fire ou de Broken Social Scene, des doublures qui exploiteraient paresseusement un filon déjà bien entamé. Attention, même si elle ne se déprend pas d'une grande exigence, la démarche n'est cependant pas celle de chercheurs du son, d'avant-gardistes de la pop. Non, la musique des montréalais ne prospecte pas de nouvelles pistes, mais au contraire effectue un travail de remodelage, de réagencement d'éléments, de références identifiées, en les faisant sonner et résonner comme jamais.

Ce sont plus de quarante ans d'histoire du rock et de la pop sélectionnés avec soin et goût qui dansent entre nos oreilles tout au long des quarante-cinq minutes que durent l'album. La strate originale, l'influence fondamentale est assurément celle de la pop psychédélique. Dès le morceau d'ouverture, les Besnard Lakes citent magnifiquement Brian Wilson et les Beach Boys (Disaster, Cedric's War). Douceurs harmoniques des voix, fulgurances électriques des guitares, habillage de cordes, rythmes obsédants allant en s'intensifiant. La production est impressionnante, digne des grands albums du Pink Floyd des seventies, convoqué de manière (trop) appuyée un peu plus loin (And You Lied to Me). Et tout comme la formation de Syd Barrett, les Besnard Lakes savent marier à merveille un space rock épique, voire ronflant (Devastation) et une pop plus éthérée, plus sensible.

Les Beach Boys et Pink Floyd ne sont pas les deux seules références à l'œuvre dans The Besnard Lakes Are the Dark Horse. On y entend clairement l'influence de My Bloody Valentine, de ses guitares saturées et de ses chœurs asthmatiques, ce qui a fait dire un peu abusivement à certains que les Besnard Lakes s'inscrivent dans la veine du post-rock canadien (Because Tonight). On préférera mettre en avant l'ombre portée du shoegazing, My Bloody Valentine donc, mais aussi la formation trop souvent oubliée de Jason Pierce, Spiritualized (For Agent 13).

Légèrement décevant sur sa fin, The Besnard Lakes Are the Dark Horse est l'œuvre moins de créateurs de génie que de faiseurs talentueux. On a plaisir à écouter ses compositions minutieusement exécutées, ce qui déjà n'est pas si mal.

Chroniqué par dfghfgh
le 11/04/2007

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
The Besnard Lakes Are The Roaring Night
(2010)
Jagjaguwar
Pop indé



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
sam. 11/02 - Chronique
Taylor Deupree - Somi
mer. 08/02 - Blog
Stepart - Playground
dim. 22/01 - Blog
dMute recrute
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters