Accueil | dMute

Bat For Lashes

: Fur and Gold



sortie : 2007
label : Echo
style : Pop

achat/téléchargement

Tracklist :
01. Horse And I
02. Trophy
03. Tahiti
04. What's A Girl To Do
05. Sad Eyes
06. Wizard
07. Prescilla
08. Bat's Mouth
09. Seal Jubilee
10. Sarah
11. I Saw A Light


Bat For Lashes, groupe initialement repéré outre-atlantique pour évoluer dans le giron de Devendra Banhart, assume un héritage réfléchi des années 60 et 70, tant dans l’esthétique scénique que dans l’instrumentation. Mais ceci avec toute l’intelligence d’une Natasha Khan dont la douce folie ne nous embarque pas dans un rock rétro. Vêtue de longues tuniques fleuries, cheveux noués par un large bandeau, joues barrées de peinture indienne, la chanteuse de Bat For Lashes se fait chamane.

Dès le premier titre, Horse & I, un clavecin crispé sur une ligne, plus tard accompagné d’ondes Martenot, donne le ton. Si les tambours dessinent une marche dont nous suivons mécaniquement le mouvement, c’est principalement la voix suave et définitivement sexy de Natasha Khan qui nous conduit. Véritable incantation à deux voix, Trophy est une confirmation de cette esthétique mystique.
Une des grandes qualités de Fur & Gold est sa richesse instrumentale. Les genres sont ici disputés jusqu’à perdre toute pertinence. Entre les ballades au piano, proches des Métamorphoses de Philip Glass (Tahiti), l’electro-pop rythmée de What’s A Girl To Do ?, les accointances avec le Let It Die de Feist (Sad Eyes, Seal Jubilee, Prescilla) ou les accents de Björk, ainsi que le recours à des instruments hors du temps (clavecin, harpe), nous devrions logiquement perdre pied.
C’est sans compter sur la sagesse de Natasha Khan et son fort pouvoir de séduction : elle guide avec finesse une instrumentation dominée par l’art de la distillation. Goutte-à-goutte, parcimonie, économie réfléchie, minimalisme toujours pertinent. Chant envoûtant, mélodies dramatiques : les lignes de force de Fur & Gold sont là.
Wizard en est probablement le plus bel exemple. Superbe balade sortie des sombres clairières, enchantées et enchanteresses, elle nous révèle tout le pouvoir du timbre de Khan. Celle-ci semble ne pas tricher avec nous. Elle n’est pas dans un rôle de composition lorsqu’elle joue avec les codes vestimentaires, la gestuelle et les sons des années 60, qu’elle conjugue en finesse avec une electronica plus contemporaine. Chose rare, Khan est une fée, une magicienne.

Chroniqué par Igor
le 11/03/2007

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Interview avec Bat For Lashes
(Août 2007)




0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters