Accueil | dMute

Sparklehorse

: Dreamt for light years in the belly of a mountain



sortie : 2006
label : Capitol
style : Pop- rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Don't take my sunshine away
02/ Getting it wrong
03/ Shade and honey
04/ See the light
05/ Return to me
06/ Some sweet day
07/ Ghost in the sky
08/ Mountains
09/ Morning hollow
10/ It's not so hard
11/ Knives of summertime
12/ Dreamt for

Lorsqu’il se trouve gêné par l’obligation de devoir parler d’un disque dont il ne sait que penser, le critique musical paresseux dispose d’un certain nombre d’expressions fourre-tout, généralement dénuées de tout sens, mais qui, bien employées, permettent de clore idéalement un article, tout en donnant l’impression d’émettre un jugement définitif et fort pertinent. Exemple : pour décrire un disque qu’il avait beaucoup attendu, mais qui s’avère finalement bancal et décevant, notre critique parlera volontiers d’un « grand disque malade ».
Nul doute que cette formule sera abondamment utilisée dans les chroniques de ce quatrième album de Sparklehorse, tant il s’agit d’un disque attendu, bancal et décevant. Pourtant, l’expression recèle cette fois au moins un fond de vérité ; s’il ne s’agit pas d’un « grand » disque, Dreamt for light years in the belly of a mountain souffre bien d’une maladie congénitale, que nous baptiserons, faute de mieux, le « syndrôme du premier album indépassable».

A première vue, en effet, rien ne manque à l’appel de ce que l’on est en droit d’attendre d’un disque de Sparklehorse : voix fragile et filtrée, batterie sèche, guitares aigres, sonorités tintinabulantes, au service de chansons alternant avec une belle régularité les embardées électriques (ici plus rares qu’à l’accoutumée, même si, dans le genre, Ghost in the sky est une belle réussite), les popsongs couleur sépia (Some sweet day, autre petite perle du disque) et les brusques plongeons dans une tristesse sans fond (le morceau-titre – dix minutes de piano esseulé rythmées par le seul « bip » d’une pompe à morphine - en est un exemple certes extrême, mais assez parlant).
Mieux encore : contrairement à It’s a wonderful life, dont l’impact avait été considérablement ammoindri par la production au glucose du pataud Dave Fridmann, le choix des producteurs n’influe ici que de manière tout à fait périphérique sur le son du disque : le grand Danger Mouse est présent, mais totalement transparent (quelques gargouillis électroniques par-ci par-là, sans plus) ; et Fridmann est de retour, mais on le remarque même pas (cool).
Depuis Good morning spider, les disques de Sparklehorse sont en fait autant de bulletins de santé adressés par Mark Linkous à ses admirateurs ; et après cinq années d’absence et une sévère dépression, on est plutôt rassurés de recevoir celui-ci - qui, comme ses prédécesseurs, est d’ailleurs globalement bon.

Le vrai problème est qu’à l’instar des deux disques précédents, ce nouveau Sparklehorse pâtit fatalement de la comparaison avec Vivadixiesubmarinetransmissionplot, pur joyau de mélancolie électrique qui avait inauguré la carrière discographique de Linkous en 1995, car l’intensité et l’urgence, partout présents sur le premier album de Sparklehorse, sont singulièrement absents ici. Et si vous en doutez, posez-vous les questions suivantes : qui oserait sérieusement soutenir que It’s not so hard est le digne successeur du Rainmaker d’antan ? Qui pourrait affirmer avoir pleuré autant sur Return to me que sur Homecoming queen ? Qui, dans quelques années, pourra jurer sans rire que Dreamt for light years... a changé sa vie ? Personne, et sans doute pas même Linkous lui-même.
Par gratitude envers cet homme, et en hommage à un premier album aussi bouleversant aujourd’hui qu’il y a douze ans, permettez-moi cependant de prendre quelques libertés avec la déontologie : ce nouvel album, dira-t-on, est un grand disque malade.

Chroniqué par Bigmouth
le 20/02/2007

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters