Accueil | dMute

Jasper TX & Machinefabriek

: Vintermusik



sortie : 2007
label : Lampse
style : Electro / Post-Rock / Expérimental

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ frost
02/ Gräs som bryts och gar av
03/ blasa rök
04/ ljus i november
05/ rappad vante
06/ islossning

Dans un océan de neige tranquillement envahissant, s'élève une plage sonore qui brise la pureté de l'hiver dans un inquiétant crescendo. Dag Rosenqvist aka Jasper TX et Rurger Zuydervelt aka. Machinefabriek, tous deux présentés au monde par le récent label suédois de musique contemporaine et expérimentale, Lampse, exposent à nos oreilles aguerries le produit d'une longue collaboration... par Internet. Ils ne se sont jamais rencontrés. Leur musique semble donc le résultat d'un mélange à la fois simple et comme naturel, mais qui présente aussi cette duplicité d'inspirations qu'on peut déceler quand on connaît les univers respectifs, à la fois proche et lointains l'un de l'autre, de ces deux artistes lunaires.


Au fil de l'écoute, la douceur vaporeuse initiale s'évapore comme une épaisse couche de brûme matinale sur un lac gelé. Et soudain, dans le jour déjà bien réveillé, on sent la frénésie croissante d'une rupture qui se montre dans toute sa splendeur : la glace craquèle, le jour est là, comme par enchantement, les couleurs fusent de toutes parts, les arbres chantent... Et les sons se succèdent en harmoniques obsessionnelles, exhibées aux oreilles de manière presque insupportable... Le son monotone accède soudain à la polyphonie, parce que deux mages mettent en évidence ce qu'il cache. Distorsions, harmoniques, souffles, feedback, guitares acerbes autant que posées... Un seul son renferme une sorte de totalité complexe, qu'on est dirigé par le propos avoué dans le titre de cet opus (Vintermusik) à orienter vers l'évocation d'un hiver rigoureux - qui se refuse à s'offrir à la présence de l'homme, trop faible et fragile pour y survivre. Le danger semble proche, la beauté pure et destructrice est là, le froid est mordant, et tout entier il s'infiltre dans les oreilles. Le son, seul, et pourtant nombreux par lui-même, donne froid et peur. Des accents de notes aigus sèment un vent de multiplicité dans le paysage... L'attention est entière, et presque effrayée de sa propre insistance. La blancheur uniforme de cette musique réussit du même coup à rendre visibles les étincelles glacées, miroitantes, de chaque unique détail du paysage. 


Chaque morceau finit par un retour au calme qui ne fait que présager d'autres images, infiniment diverses, d'un paysage qu'on croyait au départ mort, endormi et monotone. L'hiver se fait sentir dans toute son étrangeté et son mystère inquiétant de vie, et sème dans une vision panoramique une tranquillité tout aussi mystérieuse : ce n'est qu'une écoute, le froid n'est présent que parce qu'évoqué dans nos oreilles. Cette collaboration entre Jasper TX et Machinefabriek est unique et - qui sait - irreproductible.  L'hiver s'apprécie de loin, comme le sublime.



Chroniqué par Lou
le 18/02/2007

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters