Accueil | dMute

Marsmobil

: Minx



sortie : 2006
label : Compost
style : Trip-Hop / Electro-Pop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Magnetizing
02/ Astralbody
03/ Call me
04/ Dark Star
05/ Je suis lâche
06/ Lily-Blossom
07/ Reversed Mantra
08/ Magia Amore
09/ Supersonic Mind
10/ Sovatexx 2055
11/ From Elsewhere to Nowhere

Minx, le deuxième album de Marsmobil , groupe de Munich, a la particularité d'avoir été coproduit par deux labels électro Compost et G-stone (label de Kruder & Dorfmeister). Mais il est surtout issu du cerveau pluriel de Roberto di Gioia, leader du groupe, artiste milanais protéiforme et inclassable de son état. Pianiste issu du classique, assorti de références plaquées or et rubis , il a travaillé aux côtés d'une myriade de jazzmen américains plus respectables et respectés les uns que les autres (Art Farmer, Clark Terry, Gary Peacock) et aura au passage, sur son temps libre, intégré accessoirement les combos The Notwist ou encore Console, rien que ça ! En somme du gros, du lourd, CV blindé de lauriers, tout ça, tout ça. Rien qui ne puisse nous laisser présager de ce qui allait suivre, notre écoute de la dernière production du monsieur, le bien nommé Minx.

Minx, ou la débauchée, en français. Tout un programme en perspective. Et pourtant au premier abord rien de bien déroutant, mis-à-part cette sensation de déjà-vu. Dans ces cas là, on se fait souvent trop vite une idée, à priori et jugements de valeurs à la clef (Air et Talk Talk, influences revendiquées par Di Gioia, pour la démarche electro popisante, Burt Bacharach et Ennio Morricone pour les frou-frous orchestraux). Puis le temps passant, on se recroise et à force de rencontre, se dévoilent, non sans une certaine pointe de sensualité, des attraits mélodiques insoupçonnés. Jusqu'à ce soir fatidique de janvier - c'est souvent le soir que les évènements sont fatals - où sous l'impulsion de l'entremetteur Di Gioia (De Joie en français...j'aurais dû me méfier!), une dernière rencontre est envisagée avec la belle. Et là, dès les premières notes, les perceptions changent du tout au tout. La connivence devient palpable dans ses moindres recoins. En doux préliminaire, monte une ambiance qui, bien que familière, me magnétise. Et sans que j'ai pu dire "ouf!" (Magnetizing, gratte sèche, flûte jazzy), je sens l'Air me caresser la nuque. C'est alors qu'elle déroule un calicot de velour annonçant le programme à venir: envoûtement à tous les étages. Sans transition aucune, m'entourant du doux tissu, elle entreprend l'effeuillage de nos corps dont les premiers contours se dévoilent. A l'affût du moindre de ses murmures (Martine Rojine, et sa voix lisse et chaude comme la sève (Beth Gibbons a du soucis à se faire) ; j'essaie de ne pas perdre la raison devant ses cambrures astrales hallucinantes (le très jazzy Astralbody, proche des productions du marseillais Alif Tree, un voisin de label). Et c'est là, coup de théâtre surréaliste que Gainsbarre, le Serge en personne, traverse, un brin allumé, la pièce. Une apparition fugace entre volutes de fumée et fantômes lubriques, comme au bon vieux temps où il zonait dans sa Silver Ghost 1910, d'hôtels particuliers en rades clandestins de bord de quai (Call me et sa Mélody pimpante,où les virgules de grattes électriques nous propulsent, infrabasses trip-hop à l'appui, quartier des Vierges Suicidées - tandis que Dark Star et son air bossanova de ne pas y toucher, nous paume littérallement dans la baie de Rio). A ce moment là de la soirée, la danseuse stellaire prend définitivement les choses en main. C'est en français que ma polyglotte, à demi nue, m'interpelle et m'emmène marche après marche, au 1° étage, là où tout se passe, là où les questions se posent (Je suis lâche, où dans un décorum de westerns spaghettis, digne du meilleur Corbucci, éclate un florilège de petites phrases susurrées, petites comètes synthétiques et soniques bien vintage). Et c'est dans une explosion quasi mystique, climax mental et physique qu'on finit par basculer vers l'orgasme (le Beatlessien Lily Blossom et le psychédélique Reversed Mantra sont proprement extatiques). Complètement azimuté, vautré dans un canapé onctueux, nu et serein, je me réveille pour entrevoir, d'un côté, quelques sucreries étalées en vrac sur un plateau de verre (Magia Amore petit plaisir d'italo-pop retro) et, de l'autre, à peine surpris, la débauchée ondulante se rhabillant pour s'approcher. Et d'un clin d'oeil regagner la ligne d'horizon, là-bas, entre ailleurs et nulle part (From elsewhere to nowhere, joli final en instru electronica). Juste entre ma plume et mon cerveau.

Alors, Minx de Marsmobil, objet de débauche? De désir et de jouissance certainement. Mais bon, tout n'est qu'affaire de point de vue. Même avec des faits à l'appui, tout cela reste un angle d'approche parmi tant d'autres. J'aurais pu attaquer cet album autrement, en vous racontant que Marsmobil est connu en Allemagne pour avoir composé Munich Loves You, hymne de la dernière coupe du monde de football. Mais je crois que le courage m'a manqué. Oh je sais! La chair est faible. Et je suis trop gourmand. Mais pourquoi aurais-je dû lutter? Comment ça où je vais? Ben, j'y retourne, voyons!

Chroniqué par Yvan
le 01/02/2007

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters