Accueil | dMute

Razoof

: Life, Love and Unity



sortie : 2006
label : Phazz a delic
style : Dub / Lounge / House

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Ghostwriter (Pluto Project Mix) Razoof feat. Don Abi
02/ LeSoleil (Bigga Bush’s Dublostcontrol Version) Razoof feat. Amé Toki
03/ LagunaVerde (Cosmic Rocker Mix) Razoof feat. Sunnie
04/ Spirituality ( Stefan Obermaier Dub) Razoof & O'Finken
0

La scène allemande est décidément pleine de surprise : Razoof, anonyme en pleine ascension, est présent depuis l’émergence de la scène reggae et dub, particulièrement à Cologne, son fief. Son attention n’a pas été captée uniquement par son empathie pour le dub, mais également par la scène électronique, avec une affection particulière pour des artistes comme Dorfmeister ou autre Paul Murphy. Eux même l’on révélé en diffusant sa musique apparemment appréciée par les adeptes du dancefloor. Le goût de l’artiste pour ces deux entités musicales lui a donné l’idée de façonner douze titres dub condamnés au remixage, remodelage pour en faire des interprétations électroniques. Voila pour la forme, voyons pour le fond.

L’ambiance générale de l’album est dans la lignée de Constant Pressure de Beat Pharmacy ou Grounded de Fenin. Alternance de lounge, house dubbée ou dub moite et aérien. Introduit par Pluto project, duo avec Secta Chameleon de Budapest, Life, Love and unity débute sur des nuances roots, la voix suave de Don Abi est martelée par un beat downtempo. Le spoken word a ensuite sa place, la charmante berlinoise Amé Toki prête sa voix sur un dub épuré. C’est seulement pour Laguna Verde que les choses se gâtent. Cosmic rockers, formation dub newyorkaise, remixe Razoof dans un dub perdu entre une montée modselektorienne et rythmique dancehall injectée de nappe electro.

Avec un melting pot pareil, cette production bâtarde est relativement difficile au premier abord mais se révèle rapidement riche et originale. Stefan Obermaier, figure mystérieuse des Vienna Scientists et certainement LE meilleur producteur viennois, laisse à Spirituality une identité dub plus forte et profonde. Difficile d’apporter le même constat à Secta Chameleon ou à Rob Paine, le fondateur du premier label Dub House (Worship), remixant avec brio les dub de Razoof en house racée, légèrement saupoudrée de skanks volatiles. Le tout gardant toujours une approche roots, dans l’esprit plus que dans la musique. La suite demeure alternance de downtempo et dub plus classique. Tout est de qualité, finement homogène, véhiculant des valeurs d’harmonie et de paix : Life Love and Unity.

Vous l’aurez compris, cette production de très bonne facture, ne s’adresse pas aux puristes des tunes dub ou stepper mais aux aventureux ayant une affection pour les expérimentations électro dub allemandes.

Chroniqué par Kiteklat
le 19/12/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters