Accueil | dMute

Him

: Peoples



sortie : 2006
label : Bubble Core
style : Post-Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ This we know
02/ Robber's knot
03/ What's up tonight
04/ Shuddered
05/ Universe peoples
06/ Pedaled as true
07/ How you buy fire
08/ As we were once
09/ In these times
10/ The silent life

La mondialisation – n’en déplaise à la France et à ses révolutionnaires endimanchés — a déjà eu lieu. Et derechef, en musique. Non pas la mondialisation du marché, mais celle des formes, qui assure leur circulation et la possibilité de leurs multiples (ré-) appropriations. C'est ce que grave encore une fois Him — emmené par Doug Scharin et Adam Pierce, qui ont déjà collaboré au sein de Mice Parade — avec Peoples sur disque.

On répugnera à parler de métissage tant ce disque — et ses indispensables prédécesseurs — apparaît comme son autre. Si des couleurs étrangères se recontrent effectivement, elles ne s'expriment pas à la morne façon d'une "world music" asceptisée. Au contraire, les styles / genres / couleurs forment ici un front commun dans cet agencement de musiques traditionnelles, de jazz, de post-rock, d'afro-beat et de dub. L'autre du métissage donc, parce qu'aucune de ces couleurs n'est digérée au profit d'une autre qu'il s'agirait de mettre en avant (comme la musique de variété dans la "world music").

Si ça commence par une musique qui ne pourra pas ne pas rappeler Obrigado Saudade de Mice Parade, tant dans l'atmosphère que dans l'usage de ces microriffs, qu'un titre comme Mystery Brethren a porté à son paroxysme (This we know et Robber's knot), simultanément des différences se font sentir. Différences qui trouveront à s'exprimer pleinement dans ces transitions entre dub et post-rock que fait entendre How you buy fire. Juste avant — à un intermède ethnique près — In these times. Morceau de bravoure afro-beat, certes. Mais bien plus que ça encore : véritable déferlante d'idées, de transitions, de ruptures intégrées à un ryhtme frénétique. Hymne enfin à une danse qui n'aurait pas besoin de "dancefloor" pour être activée, mais qui se pourrait improviser — c'est que l'on veut y entendre — dans le temps même que la musique joue, comme la réponse de corps à ce qui soudain anime.

Ensuite n'est bon que le silence ou sa métaphore (The silent life).

Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 17/12/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Reportage
(26/01/2010)
@ Point Éphémère



1 commentaire
http://audiotaku.free.fr
par audiotaku (le 23/12/2006)
Sur l'éclectique et très inspiré label Fat-cat, HIM a déjà sorti le réjouissant "Many in high places are not well". 7 titres seulement mais chacun animé d'un souffle long, chaud et palpitant. Les compositions empruntent au dub (Slow slow slow) et à l'afro beat surtout. Mais point de déluge de cuivres chauffés à blanc: HIM construit dans chaque titre une transe qui se développe sur des motifs tranquilles et comtemplatifs. On y entend voix, guitares, trompette, synthés et des rythmes distillés avec une grande maîtrise. A découvrir également, deux autres projets d'Adam Pierce; Mice Parade (dont quelques disques sont également sortis chez Fat-cat) et The Dylan Group chez Bubble core.
Bonne écoute.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters