Accueil | dMute

Gricer

: Gricer



sortie : 2005
label : Taut Recordings
style : Post-Jazz

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Slow
02/ Staccato
03/ Taut
04/ Trumpet
05/ Folk
06/ Land
07/ Tiles
08/ Beware of death
09/ Tonic
10/ Skin and bone
11/ Semiconductor archive or longtone
12/ The weight of the well-known name

C'est un peu comme si le premier accord rendait disponible une sorte de préscience du disque à venir. Un peu comme si cet accord répété encore et encore (trois minutes en comptant ses quelques variations) inscrivait dans l'espace sonore une couleur qui — malgré ses évolutions en nuances tout au long de l'album — était d'emblée appelée à n'être jamais altérée. Comme si le ton était donné, certes. Mais, aussi comme si le ton pouvait se donner d'emblée dans un seul accord et derechef et encore, à chaque fois que cet accord est joué [Slow].

Supposons, à présent, que ce ne soit pas possible. Supposons, du moins, que telle ne soit pas l'intention de David Maleed, maître d'œuvre de ce premier album éponyme de Gricer.

Que resterait-t-il?

Une musique qui, en douze pistes, cherche autant de manières de se propager et de se faire entendre.

Alternant les tempos, les rythmes, les ambiances (par exemple : le lent de Staccato et le chaloupé quasi-bossa de Taut ; le très court Skin and bone contre le relativement étendu Folk) jusqu'à créer de fortes dissensions entre des pièces qui ne se contredisent pourtant pas, Gricer est un disque d'une grande richesse. Une guitare électrique en forme de figure de proue (le premier accord) qui n'étouffe pas les autres autres instruments mais qui, comme sur Trumpet et son riff à mi-chemin entre Led Zeppelin et Tortoise, les laisse être eux-mêmes, c'est-à-dire tout autre chose que des faire-valoir. Ainsi de Folk qui s'élabore à partir d'un jeu d'amplication progressive sur des harmoniques, la guitare et la basse ensemble tout d'abord, la première abandonnant l'autre ensuite pour errer librement, la seconde offrant alors une base continue à ce qui a toutes les apparences de l'improvisation [les mêmes harmoniques jouées à la basse seule seront reprises dans ce duo avec violoncelle que constitue The weight and the well-known name ; écouter aussi, sur un mode différent, les harmoniques de Land]. Et, quand la musique se fait plus atmosphérique, plus environnementale, ce n'est jamais par désespoir ou faute de mieux, mais bien plutôt pour fournir un fond sur lequel des cordes vont pouvoir se déployer comme un autre fond sur lequel une trompette va pouvoir trouver, dans ses involutions, un moyen sûr de se faire entendre, par constraste avec le ronronnement dominant.

Parfois, un accord vaut mieux que la musique qui l'agrémente. Chez Gricer, il n'en est que le plus saisissant des préludes.

Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 09/12/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters