Accueil | dMute

The Frames

: The Cost



sortie : 2006
label : Anti-
style : Pop folk

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Song for someone
02/ Falling slowly
03/ People get ready
04/ Rise
05/ When your mind's made up
06/ Sad songs
07/ The cost
08/ True
09/ The side you never get to see
10/ Bad bone

The Frames, me dit-on, est un groupe irlandais qui a fêté cette année ses seize ans d’existence, a déjà sorti six albums studio et deux live, et a travaillé avec des producteurs aussi illustres que Gil Norton ou Steve Albini.

Ah bon.

Permettez-moi alors d’étaler mon inculture au grand jour : je n’avais jamais entendu parler de ce groupe avant d’écouter The Cost (leur septième opus, pour ceux qui n’auraient pas suivi). Et cela n’a, au final, pas grande importance : n’était-ce le soin apporté aux textures, qui trahit effectivement une certaine habitude du travail en studio, on jurerait ici avoir affaire à un premier album, à la fraîcheur encore intacte.

Empreints d’un lyrisme qui n’est pas sans rappeler les débuts de Coldplay (avant que ces derniers ne prennent un abonnement à vie pour le bal des pompiers), les dix titres de ce disque séduisent dès la première écoute, par la force de leurs mélodies, la finesse de leurs arrangements (cordes et cuivres sont ici utilisés avec parcimonie, mais toujours à bon escient – la marque des grands, quoi), ou encore la voix délicieusement éraillée du chanteur. Autant d’éléments qui évoquent immanquablement les magnifiques Sunday Drivers, ce qui n’est pas un mince compliment (sur Falling slowly, le mimétisme vocal avec Jero Romero est d’ailleurs particulièrement frappant).

Bien sûr, tout n’est pas parfait sur The Cost, et dans les quelques (rares) moments où l’écriture se relâche un peu (Rise, True), la production, un peu trop uniforme, ne parvient malheureusement pas à relever le niveau.

Mais ces quelques faux-pas sont instantanément oubliés à l’écoute des pièces maîtresses que sont The side you never get to see (couplets en tension, refrain extatique et libérateur), When your mind’s made up (l’un des très rares titres d’autrui qu’American Music Club pourrait intégrer à son répertoire), et surtout l’époustouflant People get ready, construction en crescendo d’une rare maîtrise, sous-tendue par un impressionnant maillage de guitares.

The Frames a visiblement un passé bien rempli. Avec un disque de cette trempe, il a désormais également un avenir radieux.

Chroniqué par Bigmouth
le 30/11/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters