Accueil | dMute

Exile

: Dirty Science



sortie : 2006
label : Sound In Color
style : Hip-hop / Progressive / Grime

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Welcome
02/ Time Has Come (feat SlumVillage)
03/ Spittin' Image (feat Aloe Blacc)
04/ Pay the Co$$ (feat Ca$hius King (Co$$))
05/ I Don't Think You Understand [Freestyle]
06/ Summertime in L.A. (feat Miguel Jontel)
07/ Notch (feat M.E.D)
08/

Exile a acquis un savoir faire qui ne peut laisser indifférent bon nombre d'entre nous. Ses débuts dans l'underground semblent désormais bien loin et l'époque des postes cassette/ enregistreur est bel et bien révolue. De ses débuts avec son acolyte de toujours Aloe Blacc avec lequel il fonda le groupe Emanon jusqu'à maintenant où il travaille avec les plus grands rappeurs, notre jeune beatmaker de Los Angeles s'est littéralement métamorphosé et a fait de sa science du rap un véritable exutoire. Inspiré par des Djs tels que Dj Aladdin (Street Scholars, Ward Times) ou encore Dj Pooh (que l'on retrouve dans un des albums qui marque l'histoire de la G-Funk made in "Cali" : Dogg Food du groupe Tha Dogg Pound). Exile semble se nourrir de toutes ces influences pour faire de ses sons des réalisations à parts entières qui se suffiraient à elles même tant elles sont complètes et riches du point de vue mélodique et rythmique. Fort d'expériences telles que la production de beats pour Mobb Deep ou encore Ghostface Killa, Exile nous revient de plus belle avec ce premier album solo intitulé Dirty Science sorti sous le label Sound in Color. Cet album nous propose un panel d'invités assez alléchant, le "tueur au visage de fantôme" donc, Slum Village ou encore M.E.D, décliné sur 19 chansons, on en a pour son compte...

Première piste, et d'entrée Exile semble mettre les points sur les "i", 2006 étant vraisemblablement l'année de ce dj originaire de la cité des anges. Une pointe de jazz, de soul, saupoudré de soyeuses vocalises habilement mélangées aux scratches, un melting-pot qui semble de bonne facture. La suite de l'album se décline en deux parties, d'une part des sons qui reflètent l'esprit des années sixties, avec de belles prouesses vocales nous remémorant sans nulle doute de bons vieux titres soul (Summertime in LA, Maintain). Certains sont de tendances plutôt jazz (Time Has Come, Silver Moon), voire funky (Move on'Em). Un mélange audacieux entre des nappes musicales jazzy, des rythmiques old-school /P-Funk et des backs soulful qui ont le mérite d'apporter un peu de fraîcheur et de renouveau à cette scène Hip-hop en déclin depuis le début des années 2000. D'autre part des sons plus "actuels" (Pay the Co$$, Notch, Newest Greatest) qui nous renvoient directement vers un autre cador du genre, Madlib, sûrement une source d'inspiration pour Exile, car mélangeant également le jazz et hip-hop avec le plus grand soin.


Un album très complet, un producteur de L.A. qui ne se contente pas de faire du rap de L.A., loin de se ''sectariser'', ce beatmaker est ouvert à tous les styles, ce qui se ressent dans ses compositions et qui est loin de lui porter préjudice. Jazz, soul, funk, rap ol'school ou grime sont à l'honneur dans ce premier LP, qui s'annonce d'ores et déjà comme une future référence en la matière… Le temps nous le dira!



Chroniqué par Ice Storm
le 14/11/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Pro Agonist
(2005)
Planet Mu
Drum'n'bass



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
ven. 14/09 - Chronique
Low - Double Negative
mar. 11/09 - Chronique
Animal Collective - Tangerine Reef
mer. 15/08 - Chronique
The Necks - Body
jeu. 09/08 - Chronique
Pram - Across the Meridian
jeu. 26/07 - Chronique
Ian Hawgood - 光
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters