Accueil | dMute

Hammock

: [the] sleep-over series vol.1



sortie : 2006
label : Hammock Music
style : Post-Rock / Ambiant

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Moon Through The Branches
02/ Empty Page/Blue Sky
03/ Dropping Off
04/ Just Before Breathing
05/ Still Point
06/ No Stopping The Sea

De la pureté en musique. Du son seul. Et seulement du son. De l'écoute qui devient absolue. À défaut de l'oreille. De ces sons mêlés à des field-recordings (Still Point) qui sont des points d'ouverture pour une musique aveugle par nécessité. De ces sons qui saturent les écouteurs. À l'exception des auditeurs. De cette musique a-rythmique qui n'a rien de la douceur à laquelle l'atmosphère semble la destiner pourtant. Mais qui, au contraire, gagne sans cesse en puissance à mesure que s'étendent ses plages qui parfois semblent infinies (Dropping Off, Still Point). Et, en un sens, de l'extension de la musique au-delà du seul domaine de l’opposition “musicalité vs. bruit”.

Radicalisant la logique propre à Stranding under endless sky, en tirant les conséquences ultimes qui conduisent à la disparition de toute pulsation rythmique, de toute indication claire de tempo, ce premier volume de [the] sleep-over series s'attache à la surface et au fond des choses. La surface des choses parce que la musique enveloppe tout ce qu'elle approche : elle devient environnement. Le fond des choses parce qu'elle n'effleure pas les sons, mais les inscrit dans l'espace en jouant sur leur matérialité : ce sont des ondes qui se propagent et rencontrent des obstacles qu’elles surmontent parfois.

Radicale donc, la musique de Hammock - quand elle prend à ce point le risque de l'abstraction - l'est assurément. Et, s'il est certain qu'il y a une dimension contemplative (Moon Through the Branches, Empty Page / Blue Sky) dans cette orientation, le plus important semble se jouer moins dans la signification des plages sonores ici présentées que dans leur physicalité proprement dite : les sons émis et leurs effets sur l'auditeur. Or, jouer la physicalité plus que la force d'évocation, c'est aussi s'autoriser à produire du pur son, c'est-à-dire du son qui soit quelque part au-delà de l'opposition musicalité vs. bruit, dans un autre état de la musique qui, s'il a déjà été exploré, demeure encore largement méconnu.

Explorer cet état de la musique, ce n'est pas tout ce que Hammock sait faire, mais à ma connaissance, il le fait mieux que personne.

Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 30/10/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Stranded under endless sky ep
(2005)
Hammock Music
Post-rock / Ambiant
Kenotic
(2005)
Hammock Music
Post-rock / Ambiant



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters