Accueil | dMute

Errorsmith

: Near Disco Dawn - Live Recordings 2001-2003



sortie : 2004
label : Errorsmith
style : post-techno

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ In A Sweat (Empty Bottle, Chicago 21.4.2003)
02/ Last Dance (Native Lab, WMF Lounge, Berlin 8.9.2001)
03/ No Ice (MFOC, Golden Pudel Klub, Hamburg 4.11.2001)
04/ Near Disco Dawn (Native Lab, WMF Floor, Berlin 3.11.2001)
05/ Never Enough (Empty Bot

Il n'existe par d'erreurs dans la musique d'Errorsmith. Chaque incident est digéré et incorporé dans la structure élémentaire du morceau pour en altérer le mécanisme, bouleversant ce pour quoi il était programmé jusque là. A l'instar d'un dispositif cybernétique, le sempiternel battement métallique modifie ainsi sa procession au gré des turbulences qu'il rencontre, parfois pour revenir dans la course, parfois pour en adopter à partir de là une nouvelle démarche.

Quelque part entre la techno industrielle d'Hypnoskull et les dégustations sonores de Matthew Herbert alias Radioboy, Near Disco Dawn affirme ainsi une post-techno hasardeuse, trébuchante et épurée, fondant son ossature sur une base qui, au nom de la sacro-sainte expérimentation, peut à tout moment s'effriter – dans le meilleur des cas – ou se briser complètement, entraînant dans sa chute l'auditeur qui aurait eu le malheur de s'y greffer. Car Errorsmith tient plus du bricoleur phonique que du Dj. Armé d'outils de sa propre facture, il joue avec l'inertie du danseur pour l'indisposer, le perturber. Et au final, les rythmiques servent bien moins à le maintenir dans une boucle gestuelle itérative, qu'à l'hypnotiser pour mieux surprendre ses membres qui se la seraient appropriée trop vite, et trop facilement. No Ice ira même jusqu'à lui brouiller toute perception en saturant à l'extrême le schéma développé jusque alors, pour le ressortir encore dégoulinant de l'acide dans lequel il fut plongé. Errorsmith, adepte des mouvements de va-et-vient : copulations motrices entre un rythme et son renversement, boyaux de matrice baignant dans une vague dont la houle amènera le morceau de sa naissance à son apothéose, puis à sa chute.

Ce rassemblement d'enregistrements live tente ainsi de nous prouver, à défaut d'avoir pu le vérifier par soi-même, qu'il est possible de concevoir le dancefloor autrement qu'avec une techno soumise au dictat du danseur, du Never Enough espiègle au Last Dance indécis. Du Bad Bounce boiteux au Between Decks râpeux.

Chroniqué par Tehanor
le 30/10/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters