Accueil | dMute

The Divine Comedy

: Victory for the Comic Muse



sortie : 2006
label : Labels
style : Pop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ To Die a Virgin
02/ Mother Dear
03/ Diva Lady
04/ A Lady of a Certain Age
05/ The Light of Day
06/ Threesome
07/ Party Fears Two
08/ Arthur C Clarke's Mysterious World
09/ The Plough
10/ Count Grassi's Passage over Piedm

A observer le parcours de Neil Hannon, le choix du pseudonyme derrière lequel notre homme se cache depuis plus de quinze ans prend tous son sens. De son deuxième album, Liberation, au merveilleux Casanova, The Divine Comedy a poursuivi une belle ascension artistique vers un Paradis pop en expansion constante (toujours plus de mélodies, d’arrangements, d’ambition).
Hélas, au moment d’aborder la seconde moitié des années 90, la bulle dans laquelle soufflait Hannon lui explosa au visage, et le précipita sans transition vers l’Enfer, l’espace de deux albums emphatiques et boursouflés.
Depuis, ayant pris conscience des erreurs passées, Neil Hannon fabrique des albums plus humbles, plus simples, comme autant de cartes postales envoyées depuis le Purgatoire dans lequel il semble désormais bloqué. Sur ces disques, le petit génie de la décennie précédente n’apparaît plus jamais ; il a fait place à un artisan doué, capable, à l’occasion, de produire de fort jolies choses, mais malheureusement aussi enclin à mettre en route, de temps à autre, le pilotage automatique.

C’est à cette dernière lignée d’albums qu’appartient Victory for the Comic Muse. On y retrouve avec plaisir des compositions élevées au grand air (Mother Dear), un songwriting solide (Arthur C. Clarke’s Mysterious World), des textes doux-amers dans lesquels on distingue régulièrement quelques pointes d’humour très « tongue-in-cheek », des cordes et des cuivres toujours bien présents, mais beaucoup plus discrets que par le passé (Diva lady). En somme, en dehors de quelques détails sonores inédits (le saxophone bowiesque de To Die a Virgin), nous sommes ici en territoire connu, balisé et rassurant.
Malheureusement, comme c’était déjà le cas sur Absent Friends, on aperçoit également ici des facilités (The Light of Day, plaisant mais pas très éloigné d’une variété un peu creuse), des redites (une reprise des Associates qui fait plus qu’évoquer la splendeur passée de Tonight We Fly, la grâce en moins), et même, en fin d’album, deux morceaux aux mélodies rachitiques, bien indignes de Neil Hannon.
Cet album au titre lourdement symbolique (le premier album de Divine Comedy s'appelait Fanfare for the Comic Muse) est sans doute pour Hannon une manière de boucler la boucle, avant de repartir à zéro. Si tel n’était pas le cas, on ne lui en tiendrait cependant pas vraiment rigueur : plus personne n’attend aujourd’hui de lui qu’il écrive un nouveau chef-d’œuvre, et son purgatoire recèle suffisamment de bons moments pour que l’on continue à lui rendre visite régulièrement.

Chroniqué par Bigmouth
le 30/09/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
The Bavarian EP
(2005)
Autoproduit
Pop
Absent Friends
(2004)
Parlophone
Rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters