Accueil | dMute

Devendra Banhart

: Rejoicing in the hands



sortie : 2004
label : XL Recordings
style : Folk

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ This is the way
02/ A sight to behold
03/ The body breaks
04/ Poughkeepsie
05/ Dogs they make up the dark
06/ Will is my friend
07/ This beard is for Siobhàn
08/ See saw
09/ tit smoking in the temple of artesan mimicry
10/ rejoicing in the ha

Devendra Banhart, le jeune baroudeur du folk nous a transportés un nouveau souffle musical, accompagné par une famille composée d’aussi talentueux musiciens comme Cocorosie, Joanna Newsom, Antony & the Johnsons
Si l’on osait l’étiquette quelque peu abusive, on décrirait cette nouvelle fraîcheur comme un mouvement revival-folk ou folk lo-fi ou que sais-je, mais le débat serait de toute façon inutile pour ce bon vieux folk et pas à la hauteur de cet album Rejoicing the hands.
Devendra Banhart sait de toute façon nous convaincre de la sincérité de sa musique bien incomparable à nulle autre.

Dans cet album, un de ses premiers, enregistré en un temps record de 10 jours ( à raison tout de même d’une moyenne de 12 heures de travail par jour, loin de là le reflet d’un travail bâclé, ce qui d’ailleurs s’entend), il se dégage une insaisissable simplicité.

Son personnage charismatique (on entend à coup sûr des mots qui le qualifieraient de baba-cool aux allures de Jésus-Christ), accompagné de sa guitare, de quelques apparitions d’instruments discrets, de son travail de textes parfois bien extravagants, et de sa voix au timbre unique comme venue d’une autre époque (qui ne plaît pas à tous), fusionnent pour une intensité et une authenticité déjà présente sur ses premiers essais enregistrés de manière plus rustique et dénués de tout arrangement.
Une unité intemporelle réside dans ses chansons, toutes empreintes d’une interprétation personnelle forte. Dans une écoute calme et attentive, Devendra paraît même être là, présent, à deux pas de nous, et nous faire voyager auprès de lui, sur les routes de ses comptines, vibrant sur le son acoustique de ses cordes.
Pas d’ondes mélancoliques à l’horizon, peut-être un peu de nostalgie comme dans quelques titres dogs they make up the dark ou rejoicing in the hands.
On se surprend même parfois à sourire comme sur this beard is for siobhan.

Quand on goûte à cette belle alchimie homme /guitare, l’envie nous prendrait presque de chausser une paire de sandales et de le suivre sur les sentiers d’univers à l’air pur fait d’herbe et de mélodies.


Chroniqué par TiNemFou
le 07/09/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters