Accueil | dMute

Fauve

: Fauve



sortie : 2006
label : Gentlemen Records
style : Pop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Don't Just Stand There
02/ Cyberite
03/ On/Off
04/ Suddenly Summer Lasts
05/ Silent Witness
06/ Cloudy
07/ Sundown
08/ The Analyst
09/ Three Magic Words
10/ You're Beautiful
11/ One of These Days
12/ After the Tongue
13/ The Milkman's Wife

Fauve est le projet d’un seul homme, Nicolas Julliard, multi-instrumentiste suisse dont on imagine, à l’écoute de ce premier album, qu’il a moins choisi son pseudonyme en référence à l’animal qu’au mouvement pictural du même nom. En effet, ici, point de bestialité (le raffinement domine d’un bout à l’autre du disque), mais plutôt une utilisation judicieuse des couleurs, traduites en musique par des arrangements très variés et très soignés, qui donnent à chaque titre des textures et une ambiance bien spécifiques.

Les paysages sonores ainsi esquissés défilent de manière aléatoire mais étonnamment réjouissante : passée une impressionnante ouverture façon Rock Bottom (Cyberite), on découvre des ballades mélancoliques (You’re Beautiful, superbe), un exercice de style exotica (Three Magic Words, probable hommage à Martin Denny), une popsong jazzy qu’on croirait issue des monumentales archives d’Andy Partridge (After the Tongue)...

Ce coq-à-l’âne musical donne à l’album de Fauve un aspect quelque peu décousu, et les morceaux ne semblent souvent reliés entre eux que par la voix de crooner timide de Julliard. Pourtant, paradoxalement, le caractère éclaté de ce disque en est sans doute aussi la principale richesse ; en effet, le songwriting de Fauve, habile et agréable, n’atteint réellement des sommets que lorsqu’il fait se téléscoper plusieurs univers musicaux au sein d’une même chanson. Ainsi, Silent Witness évolue autour d’un canevas harmonique plutôt sombre et impressionnant, que vient bousculer un refrain tubesque, aiguillonné par une wah-wah presque funky ; plus loin, c’est une guitare saturée qui fait soudain irruption dans les eaux calmes d’une bossa (The Thin Skin)...

Ce sont ces hybridations de botaniste fou qui font tout le prix de cet album, au point d’en faire oublier les petits défauts (la voix parfois maniérée, les interludes instrumentaux passablement inutiles...). Dès lors, qui sait quelles adorables monstruosités naîtront demain dans le jardin de Fauve ?

Chroniqué par Bigmouth
le 30/08/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters