Accueil | dMute

Manyfingers

: Our Worn Shadow



sortie : 2006
label : Acuarela
style : Musique électro-acoustique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ some shield...
02/ for measured shores
03/ this tar won't hold
04/ 3 forms
05/ no opera
06/ our worn shadow
07/ a remark
08/ tsunami

Chris Cole, alias Manyfingers, a un cv en or : il est en effet l’un des acteurs de la scène musicale bristolienne, celle qui engendra dans les 90s des groupes aussi importants que Flying Saucer Attack, Movietone ou Third Eye Foundation.
Chris Cole a d’ailleurs collaboré avec Movietone (au passage, que deviennent-ils ?), Crescent ou encore Matt Elliott, avec qui il a enregistré et tourné.
Après un mini-album sorti en 2004 sur le label Moteer, fondé par The Remote Viewer, la propre structure de Cole Sharbon Records a accueilli en 2005 son second effort solo, sous format Cd r. L’album est aujourd’hui distribué par le label espagnol acuarela, assorti d’un dvd qui donne un bel aperçu des performances live (c’est bien de cela qu’il s’agit) du musicien.

Chris Cole est un multi-instrumentiste qui construit seul ses morceaux à l’aide d’une technique semble-t-il bien éprouvée : il échafaude en effet des pièces instrumentales minimalistes ou plus étoffées (la deuxième partie de l’album), construites sur la mise en boucle de phrases de violoncelle, de percussions et de bribes de piano, entre autres (on entend également ainsi une harpe finnoise, ou encore un xylophone et de la trompette ..) qu’il superpose de façon progressive, retranchant, ajoutant de nouveaux motifs pour obtenir des petites symphonies crépusculaires. Leur force émotionnelle se déploie dans les interstices, dans ces glissements entre phases de répétition et de variation, dans la couleur tendre d’une voix féminine doublée à la tierce et qui nous murmure de façon entêtante à l’oreille (le superbe for measured shore), ou dans les arpèges poignants d’une guitare espagnole qui danse avec un accordéon (no opera).
3 forms est un modèle de construction enivrante : quelques notes de piano mises en boucles, un morceau qui prend progressivement corps avec des couches profondes de violoncelle et de trompettes et l’introduction d’un rythme de batterie envoûtant qui emporte l’auditeur dans un groove qui ne déplairait pas à Kieran Hebden (Four Tet).


L’ensemble ne manque pas de charme, mais il s’agit cependant d’émettre quelques réserves. Ce disque fait en effet partie des disques « à humeurs », de ceux qui ne peuvent sans doute être appréciés inconditionnellement, mais dont la réception dépend foncièrement des dispositions d'esprit circonstancielles de l’auditeur. L’ossature répétitive des morceaux, le minimalisme des mélodies, le parti pris d’un format instrumental (les quelques voix présentes sont elles-mêmes traitées comme des phrases musicales répétitives), et la relative absence de surprises dans la construction (il faut attendre la deuxième partie de l’album pour saisir une véritable mise en perspective dramatique des sons, la première partie du disque étant essentiellement linéaire), peuvent jouer en défaveur du disque. A d’autres moments d'écoute pourtant, la récurrence devient une qualité, permettant que se déploie un pouvoir entêtant qui ne manque pas de saisir l'auditeur. La qualité des ambiances créées s’immisce alors dans notre esprit et s’en déloge difficilement.

On peut ainsi considérer à propos ce disque non seulement en tant que tel, mais de façon plus convaincante comme une mise en bouche de ce qui est certainement le sort le plus adéquat pour cette musique : le live.
Le dvd qui accompagne le disque témoigne ainsi du tour de force musical que réalise Chris Cole en concert, gérant avec la maestria d’un homme-orchestre les divers instruments qui l’entourent et qu’il sample en direct. Une prouesse que l’on souhaite désormais découvrir sur scène au plus vite.



Chroniqué par Imogen
le 31/07/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters