Accueil | dMute

Solarium

: Olari



sortie : 2005
label : Spezialmaterial
style : Electronica / Ambient

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Olar
02/ Uir
03/ Sola
04/ Muir
05/ Ium
06/ Iral
07/ Riu
08/ Lar
09/ Uira

S’il reste relativement confidentiel, le label helvétique Spezialmaterial a su en quelques années se forger une véritable identité. Il suffit pour s’en convaincre de réécouter le troisième volume des très bonnes SM compilation, sorti en 2003. Présentant les figures de proue de l’écurie, et notamment l’excellent duo Intricate, ce disque était en outre agrémenté de remixes de Plaid et de Phonem dont la présence permet de cerner l’esprit du label et témoigne de la qualité de ses productions.

Part I-XIV, premier opus de Solarium sorti en 2002, était largement composé de titres ambiant, s’apparentant souvent à des paysages sonores. Parfois jugé d’accès difficile, ce disque est davantage resté dans les annales pour son étonnant packaging en bois qu’en raison de son contenu pourtant digne d’intérêt. Avec ce deuxième album, Martin Wigger a entendu marquer une rupture puisque l’ensemble des titres d’Olari est caractérisé par un très gros travail sur les structures rythmiques. Cette évolution n’est pas complètement surprenante lorsque l’on sait que Wigger officie également sous le pseudonyme de Staubsauger.

Dès le premier titre olar, on décèle un univers singulier : les sons générés par les machines pétillent, grésillent et se réverbèrent pour créer une ambiance unique, à la fois oppressante et envoûtante. Mêmes sensations avec le morceau suivant uir dont le beat vous fouette littéralement les oreilles. Cette atmosphère se dégagera tout au long de l’album. Les rythmes sont rugueux, parfois abrasifs, toujours complexes. Ils s’accompagnent de mélodies minimales qui demeurent en retrait d’une explosion de sonorités savamment ordonnées autour de lourdes basses. Ainsi, lorsque l’excellent ium donne à entendre une ritournelle enfantine, comme on en rencontre souvent chez Isan, celle-ci est finalement absorbée dans un fracas de distorsions et de grésillements.

Sombre et mélancolique, Olari pourrait être le fruit de la rencontre entre Autechre et Edward Artemiev, compositeur de la musique du film Solaris de Tarkovski. L’on peut d’ailleurs s’interroger sur l’étendue des liens, à supposer qu’il y en ait, entre cet album et le film du maître russe. Une certitude : Olari, et singulièrement son ultime morceau uira, constituerait la bande originale parfaite pour ce chef d’œuvre du septième art.

Olari est donc une oeuvre unique, à la production fine et soignée. Son homogénéité en est à la fois sa force et sa faiblesse. Force parce qu’il s’en dégage une véritable cohérence ; mais faiblesse également parce que son écoute exige que l’auditeur adhère immédiatement à cet univers très personnel dont les jalons sont posés dès les premières minutes. Reste donc un album indispensable pour tous les amateurs d’Arovane & Phonem, de Seven ark et de toutes autres perles électroniques du genre.

Chroniqué par Johann
le 31/07/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
lun. 01/05 - Chronique
Bing & Ruth - No Home of the Mind
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters