Accueil | dMute

Ryoji Ikeda

: Dataplex



sortie : 2006
label : Raster-Noton
style : Electronica minimale

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ data.index
02/ data.simplex
03/ data.duplex
04/ data.triplex
05/ data.multiplex
06/ data.complex
07/ data.hypercomplex
08/ data.googolplex
09/ data.microhelix
10/ data.superhelix
11/ data.minimax
12/ data.syntax
13/ data.telex
14/

Ryoji Ikeda aurait pu devenir ce nerd minimal et conceptuel que tous les amateurs d’électronica ont rencontré un jour au détour d’un disque (certains sont toujours à ses côtés, d’ailleurs). Armés de concepts qui déménagent, l’animal se proposait (et vous proposait) d’entrer comme jamais auparavant dans la poésie des hautes fréquences et des sinusoïdes pures. Vous vous emmerdiez un peu, mais qu’importe, si l’avenir de la musique est là.

Dataplex, première composition issue des Datamatics Series, je cite, « nouveau complexe d’œuves de Ryoji Ikeda qui explore les potentiels esthétiques des données en utilisant les données elles-même, depuis leur transparence jusqu’à leur matérialité, depuis leur ultra-vélocité jusque leur hyper-diffusion », aurait pu donner dans ce genre un peu janséniste d’électronica. C’est sans compter qu’« il y a du funk » (phrase précieuse d’un autre nerd célèbre) dans Dataplex, et que cela change tout. A commencer par l’ennui, aux abonnés absents.

Utilisant d’abord des hautes fréquences et des séries de données pures, pour produire une nappe sonore mince et ultra-minimale, Ryoji Ikeda déploie peu à peu l’espace dans lequel il joue et qu’il traite et le décline en constellations multiples, il le multiplie, il le fait proliférer selon une parthénogénèse rigoureuse. Au fur et à mesure que la trame se densifie et se complexifie, un groove informatique fait son apparition, une rythmique spectrale s’insinue, le traitement pur des nappes et des fréquences mute vers une forme moins abstraite, plus physique, pas encore tout à fait dansante, et pas non plus dans ce refus hyper-mathématique du corps de l’auditeur. Œuvre qui vise à écrire, à inscrire de pures fréquences pour obtenir des effets psychoacoustiques variés (on se souvient de Matrix, dont le contenu audible variait en fonction de la position et des déplacements de l’auditeur par rapport aux enceintes), la musique de Ryoji Ikeda se dirige patiemment vers plus d’humanité. Saluons ce mouvement.


Chroniqué par Mathias
le 13/07/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
See You at Regis Debray
(2008)
Syntax
Electronica / B.O.
Test Pattern
(2008)
Raster-Noton
Electronica / Minimalisme



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters