Accueil | dMute

Cercueil

: s/t



sortie : 2006
label : Autoproduit
style : Electro-pop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Low
02/ Opening night
03/ Noche
04/ Songer gene
05/ U need it

Faut-il croire au (sempiternel) retour de la pop ?

Si croire en un tel retour veut dire croire qu’il est possible de faire une pop qui ne soit pas que fraîcheur, joie et entertainment en français dans le texte, mais qui conserve la force de l’immédiateté en la dépassant. Possible de faire une pop qui ait suffisamment de densité, voire de profondeur, pour continuer à accrocher après avoir séduit. Possible de faire une pop qui parvienne à tenir en respect après avoir tiré ses premières cartouches. Alors, j’imagine qu’on répondra oui.

Si ça veut dire que ça peut se passer en France et en autoproduction, alors j’imagine qu’on répondra deux fois oui.

Ce dont on pouvait raisonnablement douter, le premier EP autoproduit de Cercueil l’atteste. Porté par une vision décomplexée de la musique qui ne craint pas de tisser ensemble des synthétiseurs et des riffs de banjo (U need it), une vision décloisonnée de la musique qui n’hésite pas à superposer des refrains dignes d’hymnes disco à des beats minimalistes (Sponger gene), Cercueil joue avec quelque chose comme la confusion des sentiments, la confusion des significations. Comme cette voix dont le timbre ne peut pas ne pas rappeler celle de P.J. Harvey, mais qui ne s’exprime pas dans les mêmes registres. Ainsi Opening night : titre réellement jovial et entraînant qui porte cependant en lui cette légèreté qui succède à une crise de nerfs.

Cercueil — le nom le laissait vraiment croire — aurait pu se complaire dans les joies digitales d’une dépression synthétique, rester coincé comme certains dans les années 1980, et céder — c’est la suite logique — à l’illusion que l’on peut se contenter de faire revivre d’anciennes sonorités pour intéresser en musique. Au lieu de quoi, le duo aura préféré se fier moins à la répétition de sonorités éculées qu’à la possibilité de faire preuve d’inventivité, à la possibilité de faire du nouveau avec de l’ancien.


Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 05/07/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters