Accueil | dMute

Our Brother The Native

: Tooth and Claw



sortie : 2006
label : Fat Cat
style : Psyché-folk

achat/téléchargement

Tracklist :
1 Introduction – Welcome To The Aviary
2 Apodiformes
3 Falconiformes
4 Strigiformes
5 Welcome To The Arborary
6 Catalpa
7 Tilia Petiolaris
8 Quercusfalcata
9 Nautical Spirits, Welcome To The Aquarium
10 Octopo

Quelle chance d’être un indie kid en 2006 ! Tes idoles s’appellent Animal Collective, Liars ou Gang Gang Dance, tes albums de chevet Sung Tongs, God’s Money et Drum’s not dead. Tu déniches tes groupes préférés sur Myspace, parfois ce sont des jeunes à peine plus âgés que toi, et qui comme toi, ne jurent que par les groupes déjà cités. Que la vie est bien faite.

La genèse de Our Brother The Native a tout de la belle histoire inventée par l’attaché de presse zélé. Deux gamins du Michigan se rencontrent sur les bancs de l’école, se découvrent des goûts musicaux en commun, se mettent à faire de la musique ensemble et à s’enregistrer. Bientôt, un troisième larron les rejoint. Qu’importe la distance physique (plusieurs milliers de kms les séparent), la magie des télécommunications modernes fera le reste. Les morceaux se construisent ainsi patiemment, via échanges de mails, par additions successives. Un jour, la team de Fat Cat découvre par chance quelques morceaux du futur album sur Myspace, la musique leur plaît, emballé c’est signé.

La musique gorgée d’effets de Tooth and Claw, nourrie de touches vocales souvent improbables (la maman d’un des bambins, a même été conviée au chant à deux reprises), de motifs répétitifs à la guitare, au piano, au banjo, de percussions délurées ou plus discrètes, est tramée de samples divers et de sons concrets retraités, ou issus d’expérimentations sur des jouets d’enfants, rappelant ainsi souvent les bricolo girls de Cocorosie.
On adhère sans réticence à ces morceaux de space folk suspensif et dilatoire aux structures lâches fourmillant de sonorités que n’épuisent pas les écoutes successives. Et si l’on navigue souvent à vue dans une mer de chausses-trapes sonores, ce qui n’est pas désagréable, certaines plages moins tarabiscotées nous permettent de faire escale au sein d’une douceur mélodique folk planante des plus appréciables : Apodiformes et Falconiformes, très cocorosien. Les réussites les plus probantes du disque étant certainement Strigiformes et ses harmonies vocales infectieuses, ou encore la mélancolie toute retorse de Tilia Petiolaris.

Moins sauvage et tribal que Gang Gang Dance, moins « pop » que Animal Collective, mais assurément alimenté d’une écoute passionnée de ces groupes qui renouvellent le folk moderne, Tooth and Claw propose sa vision, certes référencée et encore juvénile, mais non dénuée de fulgurantes audaces, de la musique neo folk actuelle.

Ce premier album des bambins biberonnés aux musiques electronica-folk déviantes est donc un premier jet réellement convaincant . Certes il faudra tuer le père pour avancer et affirmer une singularité peut-être encore un peu timide (l’ombre d’Animal Collective plane massivement sur le disque), mais ce premier album n’est de leur avis même, qu’une première étape déjà dépassée. On est donc d’autant plus pressé de découvrir la suite.

Sinon, puisqu’on parle de jeunes prodiges américains, si vous avez des nouvelles de Khonnor



Chroniqué par Imogen
le 26/06/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters