Accueil | dMute

Talk Talk

: Laughing Stock



sortie : 1991
label : Polydor
style : Proto-post-rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Myrrhman
02/ Ascension day
03/ After the flood
04/ Taphead
05/ New grass
06/ Runeii

Toi, oui, toi, même toi, tu connais Talk Talk ! Tu y as forcément goûté lors de soirées eighties plus ou moins réussies (celle qui passe du Talk Talk sont généralement réputées pour tendre vers le moins, tendance Danse des canards). Et puis, le revival eighties, c’est tellement à la mode que tu connais nécessairement.

Ce que tu ne connais peut-être pas, en revanche, si tu ne t’intéresses pas un tant soit peu à l’histoire de la musique « rock », c’est ce Talk Talk des jours sans pop, ce Talk Talk sans fioritures vulgaires, sans apparats grossiers. Mais avec des tambours et des trompettes, ça, c’est sûr, en revanche aussi. Ce Talk Talk marque le début des années 1990, un peu comme une nouvelle ère.

Comme une revanche sur ce sacrifice fait à la pop — que l’on aurait pu croire éternel — Laughing Stock est un disque de référence. Reste à savoir pourquoi.

Laughing Stock, on te dira que c’est le précurseur du « post-rock », de ces musiques qui furent encore à la mode underground à la fin des années 1990. Oui, c’est possible. Mais, l’important n’est pas là. Ce qui importe dans ce disque, c’est d’entendre la même voix résonner sur Myrrhman (ce n’est qu’un exemple, le disque entier pourrait servir, mais le tremolo sourd en ouverture donne à lui seul une dimension si avant-gardiste au disque qu’il n’est pas possible de le négliger) que sur Such a shame. Entendre cette voix résonner de cette intensité conduit non seulement à s’interroger sur les frontières entre la pop et le reste du monde, mais cela conduit encore à une écoute différente des tubes précédents du groupe.

Et si tout cela se tenait, demande-t-on.

Oui, ok, mais à quoi ?

À une voix ?

Non, ça ne suffit pas.

La vérité — si l’on ose encore employer de mot —, c’est que Laughing Stock est un disque nostalgique par excellence : nostalgie de la pop qui se traduit par une mélancolie sensible à tout instant. Laughing Stock, c’est un peu comme la fin d’un monde ou la fin d’un empire, ce qui s’ensuit, tout le monde le sait par avance : un nouveau monde, un nouvel empire.


Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 22/06/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters