Accueil | dMute

Juan Trip

: Consolation



sortie : 2006
label : Citizen Records
style : Post Rock / Electronica

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Intro kitsch
2/ Palmorama scene
3/ Dirty party
4/ A dreamful of time
5/ Robots& space chips
6/ Big city
7/ That’s my kitsch
8/ For shock’n’roll
9/ Consolation
10/ My child
11/ Smoke to the because
12/ Real
13/ Crystal rainbow
14/ Dreamin’

Une route qui défile, une route bien connue qui mène on ne sait où. Album à écouter en road trip. Déjà, pour l’ambiance sixties qui s’y déploie avec virtuosité et ironie… Juan Trip s’amuse, d’influences en influences, à parcourir les routes cabossées par l’usage, et à les parsemer d’étincelles nouvelles, avec l’insouciance de quelqu’un qui à chaque pas découvre toute musique comme si elle n’avait pas souffert le passage de l’histoire.

La qualification « musique de road trip » renvoie en effet à l’efficacité mouvante dans laquelle se déploient les seize morceaux de l’album Consolation : le plus long fait 4 minutes 45 ; on est sans cesse confronté à des anecdotes, complètes, courtes, percutantes comme une nouvelle de Edgar Poe… En plus, tous ces petits éclairs apparaissent comme tellement familiers, reconnaissables et accessibles, qu’on ne peut s’empêcher de rentrer dans le monde de Juan Trip. Et subrepticement… il nous invite au gré de ses ballades à trouver dans ces ritournelles révérencieuses envers le Velvet Underground, Pink Floyd, The Pixies et Mike Olfield, une atmosphère aussi prenante, formellement, qu’un Massive Attack, et au niveau du contenu, innocemment personnelle. On perçoit des accents de post-rock, au niveau des thèmes, hautement mélodiques, et des arrangements très spatialisés, des nappes électro travaillées, précises, et suggestives. Les influences multiethniques de certains passages rappellent à quel point il faut garder en mémoire la diversité à la fois géographique et historique de la musique, qu’il faut constamment s’approprier pour s’en libérer.

Au gré de l’album, un petit thème à la Dire Straits vient ponctuer les échantillons divers et volages de cet univers en mosaïque de Juan Trip, Intro Kitsch, That’s My Kitsch, et Outtro Kitsch. Une touche d’humour comme pour rappeler à quel point les étiquettes sont vaines et combien l’art se prête peu à l’appréhension historique. Tout art est actuel. A l’écoute de cet album, une sensation toute simple se fait jour : comme un souffle de simplicité et d’humilité qui donne envie de dire que l’enfermement d’un style de musique dans la case « galvaudée » est non seulement souvent inadéquate, mais qu’elle appelle une remise en cause subjective de l’appréhension de la musique. Le grand problème, c’est qu’on veut avoir rapport à l’art en spécialiste… A la place du mot « fin », pour ces histoires : faire taire le jugement et regarder l’horizon de la route.

Chroniqué par Lou
le 19/06/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 27/04 - Chronique
Filastine - Drapetomania
jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters