Accueil | dMute

The Secret Society

: Sad Boys Dance When No One's Watching



sortie : 2006
label : Acuarela
style : Folk Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01. Moving Units
02. Night Make Things Look Bigger
03. Fight Fire with Fire
04. Man vs Machine
05. Sad Boys Dance!!
06. De Costa a Costa
07. Passenger
08. My Relationship with Above
09. Leyenda del Tiempo
10. City Lights
11. City Lights, Pt. 2

The Secret society est le projet madrilain du songwriter Pepo Marquez. Après avoir sorti trois eps, contribué à plusieurs compilations, et collaboré avec des formations aussi reconnues que Songs :Ohia, Xiu Xiu ou Magnolia Electric Co., c’est au tour du premier album de The Secret society de voir le jour sur le label Acuarela.
Sad boy dance when no one’s watching, un joli titre pour un recueil de chansons lo-fi simples et directes, sans fioritures, proches souvent de Will Oldham : une guitare, une voix, une batterie, un harmonica,également un piano et un violon parfois, sont les ingrédients de ces morceaux troussés par instants sur le fil d’une rythmique pesante, ou au contraire souple et entraînante, que ne renierait pas Swell (Passenger)

Les premières mesures quelques peu neurasthéniques de Moving Units nous font d’abord craindre que Pepo ne verse dans une torpeur folk à laquelle, en ces jours de rédaction de chronique caniculaire , on ne survivrait pas. Heureusement pour nous, il ne se laisse pas aller à une lyrique amoureuse misérabiliste, tendance lourde des folkeux "patheux", pour reprendre un mot de Francis Ponge. « Fuck romantic boy. Fuck all modern couples. Fuck us after all » scande-t-il , donnant progressivement au morceau un tour plus mordant.
En donnant à ses histoires d’amours déçues les traits d’une allégresse mélancolique The Secret Society nous charme (night makes look like bigger), nous remue sur Fight fire with fire, lorsque la charge politique fait dans la dentelle (acoustique). Pepo Marquez corse le propos sur un Man vs Machine plus rock, pour rebondir ensuite et nous avec sur un beat electro sorti d’on ne sait quel sampler vintage : "Sad boys dance" sur ce morceau groovy. Franz Ferdinand faisait danser les filles hier, The Secret Society fait danser les garçons tristes aujourd'hui, et ce n’est que justice.

Le madrilain laisse libre cours à sa langue maternelle sur deux des meilleurs moments du disque : de costa a costa, chanté avec délicatesse par une demoiselle qui l’accompagne sur un poème de Federico Garcia Lorca , La leyenda del tiempo, très joliment arrangé.

Discrètement dramatique sur le diptyque City Lights, la musique de The Secret Society touche définitivement la corde sensible. Avec une réussite que ne laissait pas forcément présager certaines des influences casse-gueule (Joy Division, Nirvana) annoncées sur la feuille de presse, qui demeurent (heureusement à vrai dire) imperceptibles.






Chroniqué par Imogen
le 15/06/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters