Accueil | dMute

Youngblood Brass Band

: Is that a Riot ?



sortie : 2006
label : Layered
style : Hip-hop / riot jazz / punk / funk

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ March
02/ Nuclear Summer
03/ Waiver
04/ But You Can't Run
05/ Pala Minima
06/ Jem
07/ Dead Man Stomping
08/ Ake
09/ Is That aRiot
10/ Bone Refinery
11/ Sell Me More or Like You Just Don't Care
12/ Will
13/ Thanks

Is that a Riot ?, c’est bien la question qu’il va falloir se poser à l’écoute de ce quatrième opus du Youngblood Brass Band, opus (et groupe) tonitruant(s) s’il en est. Ecouter le Youngblood Brass Band, c’est un peu comme entendre Lester Bowie et ses Brass Fantasies reprendre ici Nirvana (Smells Like Teen Spirit), là les Spices Girls (Two Become One) : une sorte d’étonnement, de surprise à constater un croisement contre nature ; d’abord on n’y croit pas, et puis on se rend à l’évidence, l’idée n’était pas si mauvaise, même plutôt bonne.

Donc le Youngblood Brass Band, riot jazz comme ils le disent eux-même, est un croisement de hip-hop, de funk, de jazz, de punk, et de régularité rythmique chère aux fanfares et autres marching bands. Pas punk jazz au sens de Jaco Pastorius (encore que...), funk sans que l’on puisse repérer des codes funk à l’intérieur de sa musique, le Youngblood Brass Band a son originalité dans l’idée de riot jazz : jazz d’émeute, soit une manière de contourner l’impératif martial des marching band pour le tirer vers son cousin négatif, l’émeute, la révolution (elle suppose un ordre interne militaire, mais seulement pour accoucher d’un désordre, politique cette fois).

Et de fait, Is that a Riot ? apparaît comme le chaînon manquant entre le punk et le free-(jazz) ; du moins, il crée ou dessine une filiation entre deux genres opposés que rapproche la même insoumission : sur March, les cuivres atteignent à des points de dissonnance qui viennent dissoudre les thèmes si patiemment repris et contrepointés, sur Bone Refinery, ne reste que quelques pulsation basses de tubas, une rythmique économe et un flow justicier. On pense alors à cette note anodine (mais qui dit tout) à l’intérieur de la pochette : « l’album à été enregistré dans une chambre à l’aide de cuivres, de micros et d’une voix » (ajoutons à cette liste le laptop à tout faire, utilisé comme studio et non comme instrument électronique). Retour au plein cœur du Do It Yourself!, pour un opus qui concentre la hargne de trois décennies au moins : le free des sixties, le punk des seventies, le hip-hop des eighties. De quoi engager quelques grands bonds en avant.


Chroniqué par Mathias
le 13/06/2006

Partager cet article :





1 commentaire

par bigx (le 31/07/2007)
Un très bon album, voire le meilleur de Youngblood!

Un autre groupe très prometteur est Hypnotic Brass Ensemble, de Chicago. Du très bon, et souvent en collaboration avec Mos Def! C'est pas rien!

See you!
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/08 - Chronique
The Necks - Body
jeu. 09/08 - Chronique
Pram - Across the Meridian
jeu. 26/07 - Chronique
Ian Hawgood - 光
jeu. 19/07 - Blog
Dezordr Session : la dixième
lun. 09/07 - Blog
#13 : Jeunesse Sonique
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters