Accueil | dMute

Olivier Sens + Guillaume Orti

: Reverse



sortie : 2005
label : Quoi de neuf docteur ?
style : Musiques improvisées / Musique électro-acoustique

achat/téléchargement

Tracklist :
01. Circulation - Pur Electro
02. Ne Pas Arrêter - Never
03. Miss Ann - Fragmentation
04. Larsen - Short Version
05. Drift - Dream Drum
06. Larsen - Long Version
07. Trio - Even Process
08. Impuls-Act - Résonance Tubulaire
09. Freedom Jazz Dance -

Olivier Sens, bien qu’il ait baigné dans l’informatique pour être le fils de l’un des pionniers du domaine en France, a jusqu’à très récemment entretenu une relation très critique avec l’informatique musicale, assez peu satisfaisante selon lui. Plutôt que de l’utiliser pour introduire des sons de synthèse préfabriqués, il préfère donc concevoir son propre outil, Usine, un logiciel qui réagit à ce que propose le soliste. Et ce faisant, il laisse l’initiative aux sons, ou plutôt, le musicien s’efface derrière son outil de production, comme si c’était la musique elle-même qui se mettait à parler ici – vieux fantasme de poète, mais toujours d’actualité, et incarné avec beauté ici.

Car on n’est jamais en territoire abstrait avec ce Reverse, en dépit de la conception extrêmement formaliste de chaque morceau. Guillaume Orti, saxophoniste issue du collectif Hask, compagnon de route de Benoît Delbecq dans Kartet, insuffle au projet la quantité de vie et de chair nécessaire pour emmener le projet vers une intensité qui dépasse le simple intellect.

La première pièce, circulation - pur électro, au titre ironique, propose en guise de pure électro une pièce de musique électro-acoustique assez proche des travaux de Christian Zanezi, à savoir une construction savante à partir de sons de synthèse et de sons concrets rendus méconnaissables par la machine. Ailleurs, Olivier Sens aura à cœur de construire ses morceaux comme des combinatoires isolées et refermées sur elles-mêmes, dans un circuit fermé entre ordinateur et saxophone, qu’il reprenne Eric Dolphy en inversant par ordinateur les phrases de sax et en en modifiant le tempo à chaque répétition (Miss Ann – Fragmentation), que l’ordinateur génère des accords aléatoires (Ne pas arrêter – Never) qu’il produise des phrases de saxophones impossibles à exécuter (trio - event process – la falsification du son instrumental par l’informatique, emmené sur des territoires auxquels le musicien n’a pas accès : un concept à creuser), ou qu’il reconfigure par l’ordinateur le schéma rythmique de Freedom Jazz Dance. Chacune des compositions du duo définit ainsi une manière originale de composer, à l’aide de contraintes et sous forme de processus. Produisant un équilibre idéal entre intellectualité de l’ordinateur et incandescence du saxophone, Reverse explore et renverse (c’est là son propos) à chaque fois de nouvelles voies d’improvisation et de composition. L’improvisation comme revers de l’écriture, le musicien comme revers de l’ordinateur (et non l’inverse) : voilà de belles propositions qui, on l’espère, seront explorées à nouveau. En attendant, ces treize titres sont largement roboratifs et stimulants.


Chroniqué par Mathias
le 08/06/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters