Accueil | dMute

Charles Gayle

: Live at The Glenn Miller Café



sortie : 2006
label : Ayler records
style : Jazz

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Introduction
02/ Cherokee
03/ Softly As In A Morning Sunrise
04/ Chasing / Praising The Lord
05/ Giant Steps
06/ What's New
07/ Holy Redemption / Ghosts

Cette année 2006, la tournée européenne de Charles Gayle passait par le Glenn Miller Café de Stockholm. Endroit dans lequel le label Ayler records a l'habitude de déposer ses micros auprès des musiciens qu'il y invite. Quelques mois après le concert, voici donc l'enregistrement attendu, qui revendique aussi bien que de plus anciens l'assurance du saxophoniste, et sa grâce fiévreuse.

Aux côtés du contrebassiste Gerald Benson et du batteur Michael Wimberly, Gayle commence évidemment par rendre l'essentiel d'un propos offensif et ramassé, free jazz ultime aux accents ayleriens (Cherokee). L'alto, capable de varier le mode des plaintes qu'il fomente, permet toutefois des incartades au profit du swing (Softly As In A Morning Sunrise) ou du blues - discrètement dessiné sur What's New.

Jouant un rôle considérable dans la pratique musicale de Gayle, la spiritualité l'amène ensuite à rechercher la compagnie des spectres : glorieux (les voix des sidemen apaisant le furieux Chasing au son de Praising The Lord) ou vertueux (présences révélées au fil des reprises : Coltrane avec Giant Steps - marche contrainte admirablement imposée par Wimberly - et Ayler avec Ghosts - sur lequel la filiation entre les deux saxophonistes pourrait passer pour réincarnation, permise soudain par encyclique expresse).

Pas le premier, Charles Gayle, à transformer un penchant mystique en apanage de la réflexion. De la mesure, même, toutefois bousculée à intervalles quasi réguliers par une violence sonore là pour peindre le plus fidèlement possible comment vont les choses : injustement, et sans donner jamais dans le progrès. Comme Ayler, Gayle n'a pas fini de ramasser ses hurlements pour en faire des suppliques présentables, de relater à la manière de Bosch la foi de Saint-Antoine. Et de redire que si la religion est incapable de miracle - si ce n'est celui de gouverner au moyen d'un espoir de salut tenant de la carotte de l'âne -, elle peut se fourvoyer, de temps à autre, dans quelque oeuvre d'art de l'allure haute de Live at Glenn Miller Café.

Chroniqué par Grisli
le 06/06/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blue Shadows
(2007)
Silkheart
Jazz



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters