Accueil | dMute

Laudanum

: Your place & time will be mine



sortie : 2006
label : Monopsone
style : Electro-rock

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Collide (feat. Cavil)
2/ On the fire side (feat. T.)
3/ Left-hanged right mind (feat. Angil)
4/ This 80’s-car (feat. Noemie)
5/ Sailor and Bruno (feat. Christian Quermalet from the Married Monk)
6/ Cruise control
7/ Dust (feat. Al.)
8/ Perfect

Après l’enthousiasmant ovni de System On, Laudanum présente cette année un album où on attend la confirmation des heureuses surprises de l’opus qui l’a révélé. On avait apprécié la cohérence et la complétude d’une musique, à telle point maîtrisée dans sa singularité, que l’accès à cette totalité était… spontané.

Dans cet album, Laudanum livre le résultat de nombreuses collaborations vocales, un travail de partage et d’adaptation qui fait état d’un certain tour de force – comment en effet faire se fondre une totalité aussi intègre et par là auto-suffisante et indépendante, avec le monde d’autres artistes qui, comme Laetitia Sheriff, ont aussi, et dès leur voix, une individualité très marquée ? Comment partager sa singularité en art…

Il faut avouer que malgré l’intérêt et l’audace de cette acrobatie créative, le résultat n’est pas aussi éclatant que System On. Quelque chose de trop anonyme et pas assez défini ressort de la plupart des morceaux – pas assez d’images évoquées, pour le coup ?...
Bien sûr, comme à son habitude, Laudanum aligne d’une main innocemment habile des sons hétérogènes entre eux, leur offrant l’ineffable fond de son inspiration, comme pour asseoir l’infinie diversité sur le néant d’une identité… que d’une certaine manière on ne peut cerner que parce qu’on est en présence d’UN morceau. On admire cette totalité infiniment variante, supportée aussi par une voix posée, subtilement nasillarde, sereine, dont les accents, les insistances, et les jeux phonétiques répondent au fond profond. Chaque détail assure la continuité du morceau tout en offrant une variété sonore défiant l’unité. C’est cet aspect qu’on peut apprécier chez Laudanum – lier la facilité d’écoute à une profondeur créative particulièrement poussée…

Cette fois-ci... Cette tendance n’est pas suffisamment poussée… C’est comme si on sentait une certaine peur de sombrer dans l’hétéroclite : est-ce la collaboration qui implique de calmer ses élans créatifs, et de privilégier la cohérence des structures, sous le prétexte d’éviter de se perdre… Ce qui est surprenant est qu’on retrouve cette liberté dans les morceaux où Laudanum évolue seul – Perfect par exemple. Le partage implique-t-il de donner moins de soi, puisque justement on ne pourrait pas partager TOUT son monde musical ?

L'hypnotique pouvoir de Laudanum est donc parsemé de nuages dans cet album, provoquant ce manque par rapport à ce qui avait provoqué l’enthousiasme de la découverte ; cependant on apprécie cette tentative de mise en perspective, auprès d’autres artistes, d’un univers au premier abord étonnamment clos sur lui-même et sur son équilibre interne.

Chroniqué par Lou
le 04/06/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
System: on
(2002)
Monopsone
Electro-rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 18/06 - Chronique
Daniel Menche - Sleeper
jeu. 15/06 - Chronique
The Necks - Unfold
mer. 07/06 - Blog
Hugo Kant - Out of Time
sam. 27/05 - Blog
Equipe de Foot - Chapka
jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters