Accueil | dMute

Psapp

: The Only Thing I Ever Wanted



sortie : 2006
label : Domino
style : Electronica pop

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Hi
2/ King of you
3/ This way
4/ Needle and thread
5/ New rubbers
6/ Tricycle
7/ Hill of our home
8/ The words
9/ Make up
10/ Eating spiders
11/ Upstairs

Comment concilier la pop à une recherche sincère d’originalité ?…

Psapp se charge de répondre, avec une tranquillité déconcertante – le flegme londonien ?… – qui donne à leur deuxième album, The Only Thing I Ever Wanted, une tonalité vraiment tranquillisante. Il n’y a vraiment pas d’impasse en musique. On peut toujours renouveler un univers qu’on trouvait stérile. Il suffirait peut-être de ne pas se figer sur la volonté de faire du nouveau, de mettre en œuvre ce qu’on sait faire d’un instrument, d’une voix, et d’ajouter ce grain de « pas encore fait » qui naît d’une appréhension innocente de l’univers des sons électro.

L’effet de cet album est étonnamment rassérénant, et en même temps, il nous met en situation d’écoute particulière. Le mixage excellent permet d’apprécier tout le spectre de sons divers manipulés sur les minutes de chaque chanson, avec une imagination débordante, des jouets en plastiques et des xylophones aux machines les plus bizarres, et de se retrouver à l’écoute d’un monde de sons nouveaux, qui s’associent de manière à offrir des mélodies en harmonie avec ce dont on a l’habitude dans les musiques « décoratives » ; sans que ce soit une tare, au contraire. On retient facilement une ritournelle de cet album, à la fois sereine et doucement mélancolique, à l’atmosphère supportée subtilement par des lyrics aux évocations entremêlées. Ainsi, dès ses débuts, ce groupe sait comment faire pour ne pas se faire oublier, et pour persister dans la mémoire, par la légèreté des mélodies qui s’associent à une palette de couleurs nouvellement éclatantes. Je crois qu’un groupe très connu, voire mythique, avait déjà utilisé cette formule de « l’expérimentation pop » pour briller des années durant, et ce dans le monde entier…

En écoutant plus avant, on apprécie une maîtrise candidement nouvelle des rythmiques, et une association très intéressante des mélodies en une totalité qui se fixe naturellement à notre attention. On sent que cette édification provient d’une attention accrue aux univers musicaux les plus dissemblants, des Cure aux musiques traditionnelles africaines et indiennes. Et dans ce tout si fluide, supporté par une voix limpide et d’une douceur profonde, ressortent des sonorités lumineusement inventives, des sons de cloche, de craquements, de portes qui grincent, qui viennent inspirer comme « au bon moment » le sourire de contentement surpris qui fait d’un morceau quelque chose qu’on réécoutera, et qu’on fera découvrir aux autres avec enthousiasme.

Deuxième album séduisant, le premier sorti chez Domino, l’opus de ce duo masculin-féminin (type de formation en vogue), aux inspirations éclectiques, transpire d’une originalité qui ne prétend à rien, et d’une inventivité sans emphase, bref, d’un rapport à la fois ingénu et « explorateur » au monde des sons – tout pour nous plaire.


Chroniqué par Lou
le 22/05/2006

Partager cet article :





1 commentaire

par Diana (le 11/12/2006)
PSAPP se classe dans la catégorie Electronique / Alternatif / Expérimental selon les spécialistes. D’autre le classe dans « La Toytronic ».

Le groupe, formé en 2002, s'est rapidement taillé un petit succès en voyant ses musiques figurer au générique de séries telles que Nip/Tuck ou Grey's Anatomy.
Il a même obtenu un BMI award pour ce genre d'exercice.

Récompense certainement méritée tant il parvient à allier intelligence et aspect ludique.
Intelligence car Psapp est avant tout une jolie machine à recycler le travail de l'avant-garde pour le mettre au format pop. Ainsi, l'instrumentation, essentiellement basée sur l'utilisation de jouets et d'ustensiles divers, n'est pas en soi un procédé révolutionnaire. D'autres (Pierre Bastien, Mamie Chan, Dragibus, par exemple) l'ont déjà expérimenté…

Chez Psapp, il n'est cependant pas utilisé pour lui-même mais mis au service de la mélodie. Cette utilisation d'instruments peu communs ou d'objets permet au groupe de rester constamment dans un univers ludique. C'est ainsi la première fois que j'entends une utilisation réussie d'un bruit de fond en tant qu'instrument. La simple présence puis absence du souffle de la prise de son permet d'ouvrir le morceau d'une façon assez indescriptible ("New Rubbers").

Derrière cette orchestration originale l'oreille semble saisir parfois quelques repères : un peu de Cure (« Hi »), un nuage de Joy Division ("New Rubbers"), le Velvet. Ces références ne sont cependant jamais évidentes et semblent être plutôt construites par l'auditeur. Comme si cette musique servait de révélateur intime : chacun peut trouver un peu de lui-même chez Psapp…

Magnifique album en tout cas !
Il ne faut donc pas hésiter à survoler ces onzes petites perles pop, onze petits miroirs de l'âme.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 25/05 - Chronique
Blonde Redhead - 3 O'Clock
lun. 22/05 - Chronique
Bethan Kellough - Aven
sam. 20/05 - Blog
Notilus - S/T
mer. 17/05 - Blog
Kara-Lis Coverdale : Grafts
jeu. 11/05 - Blog
Senbeï - NIN
lun. 08/05 - Chronique
Oxbow - Thin Black Duke
dim. 07/05 - Blog
Duster - Stratosphere (1998)
jeu. 04/05 - Blog
Näo - Duel
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters