Accueil | dMute

Shugo Tokumaru

: L.S.T.



sortie : 2006
label : Active Suspension
style : Electronica / Folk / Pop

achat/téléchargement

Tracklist :
01. Mist
02. Mushina
03. Mizukagami
04. Karte
05. Kiiro
06. Vista
07. Metrion
08. Yukinohaka
09. Amayadori

Shugo Tokumaru cisèle depuis Tokyo, en bon artisan du son, d’élégantes miniatures folks et pops retravaillées au laptop. Entre Nobukazu Takemura sans la féerie kistsch, et Takagi Masakatsu, Shugo Tokumaru distille les ambiances et les nuances avec intimisme, à l’unisson de tout un pan de la production japonaise contemporaine.

Etrange, me dis-je à l’instant, que le Japon soit représenté, musicalement (mais c’est valable aussi pour leur production cinématographique – il n’y a qu’à comparer Takashi Miike et Kore-Eda Hirokazu), par deux extrêmes : d’un côté des groupes de musiciens complètement siphonnés, pratiquant une musique noise violente et extrême (allons-y pour le petit couplet sur Merzbow), de l’autre toute une frange d’artistes qui font une excessive démonstration de poéticité et d’émotion (Mono pour le post-rock par exemple, mais aussi les sus-cités Takagi Masakatsu et Nobukazu Takemura, ou encore, malgré tout le bien que j’en pense, Katsuhito Maeda, aka World’s End Girlfriend).

Si Shugo Tokumaru n’était accompagné de sa guitare espiègle (Mizukagami ou Amayadori) et bucolique (Mushina, sous le couvert des peupliers), prompte à déjouer toutes les attentes, dénouer toutes les tensions dans une coolitude absolue, il pourrait faire l’objet de ce grief, cette poéticité excessive, trop visible, exhibée, et donc anti-poétique, forcément (mot d’ordre : la poésie n’est pas dans la démonstration, elle est dans l’écart).

Virtuose sans le savoir et sans forcer, Shugo Tokumaru introduit ses auditeurs à un monde d’aisance, où tout est facile, évident, où rien ne fait problème, en dépit de la complexité de ces patients ouvrages combinant instruments à cordes, électronique, percussions diverses et discrètes, et toute sorte de sons incongrus. La musique de Shugo n’a rien pour inquiéter, pour perturber : c’est un choix, presque une éthique, mais, sans nul doute, nous avons aussi besoin d’une musique qui lève ainsi tous les troubles.


Chroniqué par Mathias
le 21/05/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters