Accueil | dMute

Shearwater

: Palo Santo



sortie : 2006
label : Fargo
style : Pop / Rock / Folk

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ La Dame et la licorne
02/ Red sea, black sea
03/ White waves
04/ Palo Santo
05/Seventy-four, seventy-five
06/Nobody
07/ Sing, little birdie
08/ Johnny Viola
09/ Failed Queen
10/ Hail, Mary
11/ Going is song

Palo Santo, quatrième album des Texans Shearwater, achève d’esquisser les beaux contours musicaux que profilaient Winged Life en 2004, et le Thieves Ep qui suivit.

Sur ce premier disque du groupe entièrement composé par Jonathan Meiburg, des sommets d’élégance et de finesse d’écriture sont atteints. Jonathan Meiburd réussit à insuffler à la musique de Shearwater une véritable amplitude de nuances que rend possible une écriture étoffée, aux horizons élargis par une palette instrumentale plus variée : piano, guitare, banjo, orgue, violon, vibraphone, glockenspiel, drums, trompette, tissent en un même ouvrage pop rock échevelée et mélancolie aérienne, celle-ci étant renforcée par la ressemblance vocale troublante avec Mark Hollis. Le chant de Meiburg, tout en retenue, brûlant ou lyriquement déployé dans les aigus, est superbe, plein d’une fièvre désenchantée qui éclate sur le magnifique Johnny Viola.
Le fantôme de Talk Talk, qui rôdait déjà sur les précédents disques, plane sur ce nouvel album, particulièrement dans les instants somptueux où Jonathan dispense ses paroles nébuleuses avec une force économe, au diapason de notes flottantes et brumeuses (La Dame et la licorne, Failed Queen).
Climax du disque, Hail Mary, synthétise à lui seul toute la densité de Palo Santo, installant une superbe dramatisation que ménagent instants de plainte contenue et montée croissante d’intensité, jusqu’au final, sur lequel éclatent cymbales furieuses et guitare électrisante.
La douceur folk des ballades (Palo Santo, Nobody, Going is song), répond à l’énergie flamboyante des morceaux les plus rock, tels Red Sea, Black Sea ,Seventy-Four, Seventy-Five, ou inversement. Etroitement liées, au cœur d’un même morceau parfois (White Waves) ce sont en effet les deux faces solidaires et mouvantes d’une belle sensibilité.

Palo Santo restera, à n’en pas douter, comme l’un des albums les plus marquants de cette année 2006.


Chroniqué par Imogen
le 11/05/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
The Golden Archipelagos
(2010)
Matador
Pop indé
Reportage
(27/10/2006)
@ Maroquinerie



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 20/04 - Chronique
Arto Lindsay - Ciudado Madame
mar. 11/04 - Chronique
Jacaszek - KWIATY
mar. 04/04 - Blog
Chrono.fixion - 2016
sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters