Accueil | dMute

Animal Collective

: Sung Tongs



sortie : 2004
label : Fat Cat
style : Pop expérimentale / Psyché-folk

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Leaf House
02/ Who Could Win a Rabbit
03/ Softest Voice
04/ Winters Love
05/ Kids on Holiday
06/ Sweet Road
07/ Visiting Friends
08/ College
09/ We Tigers
10/ Mouth Wooed Her
11/ Good Lovin Outside
12/ Whaddit I Done

Animal Collective est directement enraciné dans la mouvance bruitiste et expérimentale new-yorkaise, ainsi qu’en témoignent leurs précédentes sorties, situées dans un espace également exploité par les captivants Black Dice. Toutefois, Sung Tongs développe un environnement sonore sensiblement plus acoustique : des guitares affranchies, parfois rythmées par quelques percussions, y soulèvent des parties vocales délurées pour offrir des lignes mélodiques animées par un éloquent bruitisme organique.

Pourtant Sung Tongs ne constitue pas une rupture par rapport à la discographie antérieure d’Animal Collective, essentiellement composée d’expérimentations sonores insolites et bigarrées. Ce qui s’y manifeste est plutôt l’épure acoustique de ces précédents travaux, qui perpétue et exalte les caractères de cette musique pop déviante et renouvelée dessinant l’horizon propre d’Animal Collective.

Immanquablement, on pense à une espèce de psyché-folk, déjà annoncée sur le projet parallèle Campfire Songs, mais on est néanmoins bien au-delà du terrain d’un quelconque "revival folk" et de ses "écarts" stylistiques plus ou moins attendus. Ou plutôt : on est bien en deçà ; Animal Collective ruine tellement les repères de la musique folk que surgissent comme des évidences les lieux les plus communs du "tribalisme" et du "primitivisme" comme seules évocations possibles de leur musique. Et ce ne sont pas tant les caractères esthétiques des mélodies et du chant (en fait de chant : des cris, des chuchotements, des hymnes...) qui nous renvoient au mythe d’un sens originel de la musique. Non, c’est l’indicible impression qui se dégage d’une célébration véhémente de la joie – de la joie la plus pure, la plus essentielle, la plus grandiose colorant l’existence humaine : la joie d’être-là, qu’on ne confondra pas avec la médiocrité du "bonheur". Tel est le caractère primitiviste de cette œuvre, son tempérament si intensément dionysiaque.

Œuvre bucolique qui incite à errer halluciné dans une nature riche de signes – mais qui s’accorde aussi aux forêts urbaines - ou à jouer avec des enfants au bord de l’eau ("ludique" et "infantile" ne sont-ils pas les attributs de la joie d’être-là primitive ?). Sung Tongs est un objet étrange mais pourtant immédiat, qui ouvre un monde en s’en donnant directement comme l’expression insurmontable, dont le statut actuel n’est pas sans évoquer de façon troublante celui d’un certain Loveless à son époque... Et même si une certaine rigueur critique impose de reconnaître que le recul paraît encore insuffisant pour lui attribuer une place dans le firmament de la musique pop, il est en revanche évident que Sung Tongs constitue un événement musical majeur et hors normes.

Chroniqué par Shoegazer
le 09/05/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Strawberry Jam
(2007)
Domino
Pop
Feels
(2005)
Fat Cat
Folk / Pop
Prospect Hummer EP
(2005)
Fat Cat
Avant Weird Folk



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters