Accueil | dMute

Extra Golden

: Ok-Oyot System



sortie : 2006
label : Thrill Jockey
style : (Post-)Rock / Funk / Musiques ethniques

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Ilando Gima Onge
02/ It's Not Easy
03/ Ok-Oyot System
04/ Osama Rach
05/ Tussin' and Fightin'
06/ Nyajondere

Thrill Jockey sort des sentiers chicagoans qu’il bat habituellement en sortant ce disque d’Extra Golden, hybride et collaboration entre Orchestra Black Solar Africa, groupe de benga basé à Nairobi au Kenya et Golden, groupe de Washington. Les musiciens se sont rencontrés suite au doctorat de Ian Eagleson (de Golden) sur la musique du Kenya. Otieno, membre de Orchestra Black Solar Africa, a renseigné Ian sur le benga, style de musique pratiqué au Kenya, à base de guitares, sorte de rock sans funk ni afro-beat. Un peu comme Tanger, parti au Maroc pour marier son rock à la musique gnawa.

Et le quatuor de pratiquer une sorte de post-rock (appelons-le ainsi) africanisé où l’on ne saurait trop reconnaître ce qui est américain et ce qui est africain, ce qui vient du nord et ce qui vient du sud. Ce qui donne, un peu involontairement à mon avis, un mélange extrêmement bizarre de rock tendance psychédélique facile et de musique populaire africaine occidentalisée.

Plus étrange encore est que, derrière ces rythmes indolents qui empruntent à un rock un peu facile ses gimmicks et ses schémas, se retrouve et se redécouvre une forme de psychédélie : les six titres de cet album se déploient sur de longues durées (une dizaine de minutes généralement), qui excèdent en tous cas les formats rock, tirent vers un rock mutant, joue de larges plages instrumentales, répétitives tout en restant amples.

Etrange hybridation entre des formats et des structures qu’il faudrait qualifier d’avant- (avant-garde, avant-rock, etc…) et une qualité mélodique et harmonique franchement variété, qui tire vers Toto et Amadou et Mariam. Le moins bon du rock, le moins bon de la variété africaine à destination d’occidentaux en mal d’exotisme. J’exagère, en réalité, car tout ce qui est gravé sur ce disque et écoutable et fréquentable sans honte. Mais quand même : le simple jeu de la reconnaissance, le simple fait de retrouver des soupçons (car il ne s’agit que de cela) de sonorités datées et pas franchement recommandables ré-impose immanquablement sur cette musique ces figures tutélaires de la variété. Dommage, se dit-on alors, que le quatuor n’ait pas mieux paré le danger.


Chroniqué par Mathias
le 09/05/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters