Accueil | dMute

Steve Arguëlles

: beatBox



sortie : 2006
label : Plush
style : Electronica / Jazz

achat/téléchargement

Tracklist :
01 - time is rhythm
02 - the insect rhythm of a warm humid night
03 - brain ripple
04 - breathing
05 - the drum in my temple
06 - these are our faithful timekeepers
07 - and reason corrects the feverish beat

Se confrontant au pianiste Marc Chalosse, reconverti dans les musiques électroniques, et à KèëK, qui remixent tous deux les parties de batterie qu’il leur fournit (respectivement the insect rhythm of a warm humid night et and reason corrects the feverish beats), le batteur Steve Argüelles propose avec beatBox un ensemble de schémas, de croquis, une épure de recherche rythmique (and reason corrects the feverish beat), petite boîte magico-rythmique. Pour situer le projet, je me permets de citer les quelques lignes, exemplaires, qui figurent sur le site de Plush : « Au delà de la texture linéaire généralement attribuée à la batterie, c’est au contraire son potentiel cellulaire qui est mis au service de répétitions, boucles, recyclages à volonté. La batterie devient sample, le sample devient instrument, tous les coups sont permis pour confondre les doubles rythmiques et faire émerger une physicalité nouvelle, des nuances inattendues ». C’est donc bien à un laboratoire du rythme qu’Argüelles convie ses associés : entrer dans le rythme, l’étendre à un espace, lui donner trois dimensions, voire quatre (celle du traitement des textures), équilibrer le rythme entre mouvement et immobilité, retour sur elles-mêmes des boucles.

Un dépouillement sans minimalisme est à l’œuvre ici : composé presque intégralement à partir de sons percussifs (ou de sons à valeur percussive, même si un violoncelle fait son apparition à la fin), beatBox fait pourtant preuve de densité sonore : chaque second connaît son lot d’événements sonores, de ruptures et tend à faire de cette album un bel essai de musique-événement (copyright Will) : une musique en rupture permanente, toujours en attente de surprise, trop dense pour être immédiatement appréhendée, comprise, clarifiée (the insect rhythm of a warm humid night).

Argüelles raffine pourtant, évite l’esprit de système en creusant ses compositions de ces vides respiratoires dans lesquels le batteur est passé maître (the drum in my temple) et auxquels il se consacre pleinement avec son projet Ambitronix. L’enjeu ici est de déconstruire le rythme, de lui opposer des résistances, de complexifier le marquage des temps jusqu’à l’instabilité (brain ripple), mais aussi de faire de la batterie un matériau complet et complexe pour une musique stimulante (these are our faithful timekeepers, où le traitement de la batterie devient l’enjeu même de la musique). S’aventurant volontiers sur le terrain d’une drum’n’bass dégagée de tout stéréotype (breathing – c’est là qu’intervient réellement le travail d’épure), beatBox se nourrit de ces glissements d’un genre à l’autre, d’une forme à l’autre pour renouveler à chaque volet ses propres perspectives musicales. Et le batteur et ses deux acolytes de proposer avec cette boîte à rythme un élégant art poétique de la percussion.


Chroniqué par Mathias
le 05/05/2006

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
mar. 03/10 - Blog
Bonnie Li - Plane Crash
lun. 25/09 - Blog
Feldub - Class War
jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters